The novel that came in from the cold : Norway

Deux (jeunes) adolescents dans un des «paradis » de l’Europe : la [**Norvège*]. La Norvège du pétrole, la Norvège où l’argent coule à flot, la Norvège aux magnifiques paysages, aux rudes hivers, etc., enfin la Norvège « image d’Épinal. [**Tore Renberg*] est norvégien et écrivain. Et comme beaucoup d’écrivain ressortissant d’un pays nordique, dans ces écrits (pensons à l’extraordinaire finlandais, [**Arturo Paasalina*]), il nous montre « l’envers du décors ». Car ne l’oublions pas : la Norvège est le pays d’Europe que recense le plus haut taux de suicide.

Dans [**Le gang des bras cassés*], il n’y a pas de suicide, mais deux jeunes adolescents en déroute. Il y a de quoi, bien qu’issus d’un milieu que d’aucuns diraient « privilégiés », le moins que l’on puisse dire, c’est que leurs parents sont loin d’être aimants : la mère est alcoolique, le père, très riche grace à ses magouilles, est une sorte d’Harpagon violent. Ce n’est pas qu’il n’aime pas sa progéniture, mais il ne les comprend pas et ne connait que les coups (main, ceinture) pour leur donner des rudiments d’éducation. Ils ont bien une sœur aînée, mais cette dernière est partie depuis longtemps du foyer familial.

Alors, s’il ne font aucune tentative de suicide, ils se détruisent lentement en passant leur temps libre à sniffer de l’essence. Le plus vieux Rikki est quelque peu effacé face à Ben son petit frère, remarquablement intelligent doté d’une froideur de raisonnement et de sentiment.

L’histoire commence, quand Ben décide qu’il est temps pour tous les deux de changer radicalement de vie en allant rejoindre leur oncle Rudi, le mauvais garçon de la famille, le frère haït de leur père. Rudi vit avec la belle Cécile qui attend des jumeaux, dans la maison de cette dernière qu ‘elle partage avec son frère Jan Inge. Ce dernier à la tête d’une entreprise de déménagement avec Rudi et surtout à la tête d’une équipe de cambrioleurs « à la petite semaine ».

Les deux garçons débarquent juste au moment où Jan souhaite se retirer des affaires après un très gros coup. Et Ben vient leur proposer de cambrioler leur domicile où, il est certain, leur père a caché le fruits de ses malversations. Mais en même temps, un policier, ancien voyou, Tommy Pogo a reçu un tuyau d’un de ses informateurs (par ailleurs concurrent de Jan Inge) que celui-ci prépare une action importante. Le policier, malgré son scepticisme, sous la pression de sa hiérarchie, commence à enquêter avec la belle Grace.

Les rebondissements de cette histoire sont innombrables. On a l’impression de lire les aventures des Pieds Nickelés en Norvège. A part Ben, tous sont maladroits, assez limités dans leur vision des choses, beaucoup plus soumis à leurs impulsions ou leurs sentiments qu’à un raisonnement froid et bien pensé. Même le policier peut être mis dans le lot, tant il plus occupé à faire l’amour avec Grace qu’à s’investir dans l’enquête.

Il ne faut surtout pas dire la fin de ce livre, tout au plus peut-on préciser qu’elle est totalement « amorale » dans le sens le plus étymologique du terme. Mais n’est-elle pas la chute normale d’une histoire qui se déroule, semble nous dire Tore Renberg, dans un pays si matérialiste que l’idée même de morale a disparu.

Bien sûr Tore Renberg n’est pas Arturo Paasalina, c’est certain, mais il fait partie de cette génération d’écrivains d’Europe du Nord (songeons en outre au suédois Jonas Jonasson (dont j’ai fait dernièrement la recension critique de son dernier roman : Le vieux qui voulait sauver le monde)) qui jette un regard sans aucune concession sur la société de ce début de millénaire.

[** Émile Cougut*]


[**Le gang des bras cassés
Tore Renberg*]
éditions des Presses de la Cité. 22€


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page. Aidez-nous à faire connaître WUKALI…

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write in French but only in English)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 01/12/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus