Te amé sin que yo lo supiera, y busqué tu memoria.
En las casas vacías entré con linterna a robar tu retrato.


Samedi 2 février, une heure de poésie avec Richard Martin. Pour la première fois à [**Marseille*], au [**Toursky*], théâtre superbe et fraternel, un cycle de lectures est proposé autour d’une des plus belles littératures du monde : la littérature sud-américaine.

En octobre dernier, [**Astrid Veillon*] a inauguré le cycle avec l’écrivain péruvien, [**Mario Vargas Llosa*]. En décembre, [**Andréa Ferréol*] a choisi « Le siège de l’aigle » du mexicain[** Carlos Fuentes*]. Samedi dernier, [**Richard Martin*] a lu [**Pablo Neruda*] et c’est [**Marie-Christine Barraul*]t, qui clôturera le cycle le 27 avril 2019, à 18 h avec « L’amour au temps du choléra », de [**Gabriel Garcia Marquez*].

Quatre rendez-vous en compagnie de talentueux comédiennes et comédiens pour retrouver des auteurs incontournables ou découvrir des horizons littéraires encore peu explorés. La formule plaît tellement au public, que le Chilien [**Louis Sepulveda*] pourrait bien être le prochain écrivain à célébrer. C’est ce qu’a proposé en début de soirée, le nouveau consul du Pérou à Marseille, [**Michel Dosseto*], à l’initiative de ces rencontres. Il nous livre un courte biographie de [**Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto*]… Vous connaissez ?

Faisons court, [**Pablo Neruda*] ?
Oui, bien sûr !
A la fois écrivain, diplomate, homme politique, penseur, poète chilien. C’est une rencontre avec le poète que nous a proposé Richard Martin, directeur du Théâtre Toursky à Marseille.

Richard Martin est lui-même comédien, metteur en scène et dramaturge. Celui que l’on définit comme le « défenseur du théâtre pour tous » avait tous les arguments pour nous séduire. Le choix des textes lus, déjà : J’avoue que j’ai vécu, La centaine d’amour et Les vers du capitaine et une belle introduction avec les mots d’[**Aragon*], un hymne à la poésie.

« Prix Nobel de littérature, le Chilien était une « grande gueule » tout en étant l’un des maîtres de la poésie chilienne », commente Richard Martin. En amoureux des poètes, grand ami de [**Léo Ferré*], il se dit heureux de lui prêter sa voix mais se sent, en un sens, un peu « usurpateur ». « Je lui vole ses mots. » nous dit-il. Du côté de la scène, peut-être. Le comédien, avec modestie, dit juste prêter sa voix, mais du côté de la salle, on reçoit ce texte avec un tel bonheur ! Assurément, [**Richard Martin*] sait faire passer les émotions. Dès les premières pages, il nous enchante et nous apprivoise. Il est le souffle même de [**Pablo Neruda*], le sang ( d’encre ) du poète coule dans ses veines. Il ne lit pas le texte, il l’interprète, et les mots nous rentrent par le cœur, s’infiltrent en nous. Il donne à entendre de belles pensées, que l’on n’aurait peut-être pas entendues ou comprises de la même façon, sans lui. Certaines sont limpides comme de l’eau de roche. « Et alors je les retourne, je les agite, je les bois, je les avale, je les triture, je les mets sur leur trente et un, je les libère…Je les laisse comme des stalactites dans mon poème, comme des bouts de bois poli, comme du charbon, comme des épaves de naufrage, des présents de la vague. »


« Tout est dans le mot » : Pablo Neruda dans « J’avoue que j’ai vécu ».
Quel bonheur, écoutez encore comme il s’en amuse : « Ce sont les mots qui chantent, les mots qui montent et qui descendent… Je me prosterne devant eux… Je les aime, je m’y colle, je les traque, je les mords, je les dilapide… J’aime tant les mots… Les mots inattendus… Ceux que gloutonnement on attend, on guette, jusqu’à ce qu’ils tombent soudain… Termes aimés… Ils brillent comme des pierres de couleur, ils sautent comme des poissons de platine, ils sont écume, fil, métal, rosée… Il est des mots que je poursuis… Ils sont si beaux que je veux les mettre tous dans mon poème… »

Et quel plaisir quand les notes s’en mêlent. [**Marcel Alchech,*] le guitariste de cette soirée nous enchante. Il colle aux mots, leur donnent du rythme, de la force.
Quelles résonnances encore ont ces mots dans « J’accuse ! », un poème dont le titre s’inspire du fameux ‘’J’accuse’’ de [**Zola*].

J’avoue que j’ai vécu, magnifique aussi. De même que la centaine d’amour. J’avoue que la lectrice que je suis ne s’était pas accrochée à cette centaine d’amour il y a très longtemps. Un peu d’ennui que je ne m’explique pas aujourd’hui à cette lecture superbe et émouvante. Les mots qui me paraissaient bizarres à l’époque m’enchantent,
m’appellent, me réclament une lecture complète.

Les vers du capitaine : une poésie sublime, magnifique, mais que ce poème est dur ! A l’instar du capitaine jaloux qui exige de l’amour, sinon… gare !
Et il semble nous donner un conseil, [**Pablo Neruda*] : « Vis maintenant » nous dit-il.
Il meurt lentement, celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux
(…)
Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
ne te prive pas d’être heureux !

“ Pour le plaisir des mots et de la rencontre », ne nous privons pas d’être heureux. C’est sûr, nous reviendrons !

[**Pétra Wauters*]


Illustration de l’entête: Richard Martin


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, Soutenez Wukali, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page. Aidez-nous à faire connaître WUKALI…

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write in French but only in English)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 07/02/2019)]

· · ·
«»

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus