Le[** Louvre Abu Dhabi*] a acquis en décembre dernier une rare esquisse à l’huile – Tête de jeune homme, avec les mains jointes : étude de la figure du Christ (vers 1648-56) – de [**Rembrandt van Rijn*] (1606–1669). Peint sur panneau de chêne (25.5 x 20.1 cm) et attribué à l’artiste dans les années 1930, ce tableau fait partie d’une série d’esquisses à l’huile des Visages du Christ de Rembrandt.

C’est la première fois qu’un chef-d’œuvre de [**Rembrandt*] rejoint une collection publique de la région du Golfe. Ce tableau fut récemment présenté dans le cadre d’expositions au musée du Louvre à Paris, au Philadelphia Museum of Art, au Detroit Institute of Arts, et à la Rembrandtshuisde à Amsterdam. Au Louvre Abu Dhabi, il apparaitra d’abord dans le cadre de l’exposition Rembrandt, Vermeer et le siècle d’or hollandais : Chefs-d’œuvre de la collection Leiden et du musée du Louvre (14 Fevrier-18 Mai 2019), puis rejoindra la collection permanente du musée.

L’acquisition de ce trésor d’une grande rareté fait suite aux 11 nouvelles acquisitions pour la collection permanente du Louvre Abu Dhabi dévoilées en octobre 2018. Reflétant la mission du musée d’encourager le dialogue interculturel sous diverses formes, les acquisitions de l’année passée comprennent des objets provenant de la région du Golfe et du reste du monde, dont une sculpture monumentale bouddhiste chinoise (11e-12e siècle) quatre tapisseries des Manufactures royales françaises illustrant Les Chasses de Maximilien, ainsi qu’une armure de cheval ottomane (15e-16e s.).

[**Manuel Rabaté*], Directeur du Louvre Abu Dhabi, a déclaré : « Reconnu comme l’un des plus grands conteurs de l’histoire de l’art, Rembrandt avait un don exceptionnel pour révéler l’âme humaine dans ses peintures. Grâce à cette récente acquisition, le tout premier Rembrandt à rejoindre la collection d’un musée du Golfe, nos visiteurs pourront ressentir la profonde puissance de son œuvre, d’abord dans le cadre de de notre première exposition de 2019 puis dans nos galeries permanentes. Ce chef-d’œuvre rejoint la collection du musée, riche de 650 œuvres issues de cultures du monde entier, ode à la créativité universelle de l’humanité. »

[**Dr Souraya Noujaim*], Directrice scientifique en charge de la conservation et des collections du Louvre Abu Dhabi a ajouté : « Chaque addition pour la collection grandissante du Louvre Abu Dhabi est réalisée avec beaucoup de rigueur et de soin afin d’enrichir et d’approfondir le récit universel du musée. Cette œuvre exceptionnelle reflète les nouvelles perspectives culturelles qui émergèrent lors du siècle d’or hollandais suite à l’expansion du commerce international et des échanges d’idées. Elle montre également la capacité de ce grand maître à saisir la fragilité et l’intense spiritualité de la condition humaine, qui inspira tant d’artistes après lui. »

Le siècle d’or hollandais correspond à une courte période au 17e siècle durant laquelle la République marchande hollandaise, récemment affranchie de la Couronne espagnole, devient l’État le plus prospère en Europe. Le commerce mondial mené par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, combiné à des progrès militaires et à de nouveaux développements artistiques et scientifiques, donnèrent aux Pays-Bas d’alors (à l’époque la région côtière du Nord-Ouest de l’Europe couvrant la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg actuels) un avantage considérable en Europe et dans le reste du monde. Des commandes majeures placèrent [**Vermeer*] et [**Rembrandt*] en tête d’un nouveau mouvement artistique privilégiant des représentations réalistes de scènes de la vie quotidienne.

Cette Tête de jeune homme montre le visage d’un homme aux cheveux noirs qui prend vie à travers de larges aplats de peinture et apparaît comme illuminé. Le même modèle apparait dans une série d’études et œuvres créée par Rembrandt à la même époque que son célèbre Souper à Emmaüs (Paris, Musée du Louvre, ca. 1648).

Parmi les sept esquisses à l’huile de la série des Têtes du Christ de Rembrandt ayant survécu, cette Tête de jeune homme est l’une des plus impressionnantes. Admirées dans leur ensemble, ces esquisses révèlent le don de l’artiste pour trouver le meilleur angle ou profil de son modèle et utiliser la lumière pour représenter Jésus « d’après nature », avec un modèle venant probablement de la communauté juive locale.

Le portrait et son sujet proposent une représentation nouvelle dans le monde chrétien. Les mains jointes, esquisées, illustrent un récit imperceptible au premier regard. Et Rembrandt choisit de représenter un homme en prière, plutôt qu’un roi, exprimant – de façon œcuménique – l’humanité humble de l’homme.

L’exposition Rembrandt, Vermeer et le siècle d’or hollandais : Chefs-d’œuvre de la collection Leiden et du musée du Louvre est présentée sous le commissariat de [**Blaise Ducos*], Conservateur en chef, Peintures flamandes et hollandaises au musée du Louvre et [**Lara Yeager-Crasselt*], Conservatrice de la collection Leiden et experte d’art hollandais et flamand du 17e siècle.

Communiqué


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, alors pour aider Wukali à se faire connaître, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page. Grand merci…

– Peut-être souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (Even if you don’t write in French but only in English, we’ll translate)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 12/02/2019)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus