Météorite
Accueil Sciences Une partie de pêche exceptionnelle pour récupérer un météorite qui ne l’est pas moins !

Une partie de pêche exceptionnelle pour récupérer un météorite qui ne l’est pas moins !

par Pierre-Alain Lévy

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’une telle partie de pêche n’est pas courante, ni cabillauds, ni dorades, ni espadons et pas même le moindre cétacé au programme. Les amateurs de belles prises ou d’exploits sportifs, l’homme face à l’océan, en seront pour leurs frais !

En fait, il s’agit d’une expédition scientifique qui a pour but de récupérer une petite météorite provenant d’un autre système stellaire et qui s’est écrasée dans l’océan Pacifique avec une énergie équivalente à environ 121 tonnes (110 tonnes métriques) de TNT. 

Comme gros poisson, me direz-vous, faudra repasser !

Notre revue de presse (lu dans LiveScience, un article signé Jamie Carter), nous conduit loin dans le Pacifique Sud, près de la Papouasie Nouvelle-Guinée, levons les amarres, carguons les voiles!

Olécio partenaire de Wukali

Plutôt sympa en cette période de canicule, non ?

L’équipe de l’université de Harvard qui conduit cette expédition espère trouver des fragments de cette roche interstellaire – connue sous le nom de CNEOS 2014-01-08 – qui s’est écrasée sur la Terre le 8 janvier 2014. Des astronomes faut-il le préciser, pas des spécialistes de l’halieutique !

« La découverte d’un tel fragment représenterait le premier contact de l’humanité avec un matériau plus gros que de la poussière provenant d’au-delà du système solaire« , a déclaré par courriel à Live Science , l’astrophysicien Amir Siraj de l’université de Harvard et premier auteur d’un nouvel article publié sur le service de prépresse ArXiv (cliquer) sur CNEOS 2014-01-08. 

Siraj a identifié l’origine interstellaire de l’objet dans une étude de 2019(cliquer) avec un taux de confiance de 99,999 %, mais ce n’est qu’en mai 2022 qu’il a été confirmé à Siraj par le Commandement spatial américain. Il n’y a aucun témoin connu de l’objet ayant frappé la Terre. 

« Il a frappé l’atmosphère à environ cent miles [160 kilomètres] au large de la côte de la Papouasie-Nouvelle-Guinée au milieu de la nuit, avec environ 1% de l’énergie de la bombe d’Hiroshima« , a déclaré l’astrophysicien de Harvard. 

Mesurant à peine 0,5 m de large, CNEOS 2014-01-08 semble être le premier objet interstellaire jamais découvert dans notre système solaire. 

Auparavant, un objet oblong appelé Oumuamua détenait ce titre. Découvert en 2017 lors du relevé du ciel Pan-STARRS, ce caillou spatial a traversé notre système solaire à une vitesse de près de 92 000 km/h. Plus tard, l’astrophysicien de Harvard Avi Loeb, un collègue de Siraj, a affirmé qu’il pourrait s’agir d’une objet extraterrestre, pour d’autres chercheurs il s’agirait plutôt d’un fragment d’une exoplanète. La découverte de Oumuamua a été suivie en 2019 par la comète 2I/Borisov, la première comète interstellaire, qui a été repérée par l’astronome amateur Gennadiy Borisov en Crimée. 

On pense que CNEOS 2014-01-08 provient d’un autre système stellaire, car elle se déplaçait à 60 kilomètres par seconde par rapport au soleil. C’est trop rapide pour qu’il soit lié par la gravité du soleil. 

« À la distance de la Terre par rapport au Soleil, tout objet se déplaçant à une vitesse supérieure à 42 kilomètres par seconde se trouve sur une trajectoire de fuite hyperbolique non limitée par rapport au Soleil », explique Amir Siraj. « Cela signifie que CNEOS 2014-01-08 dépassait clairement la limite de vitesse locale pour les objets liés [et] il n’a pas croisé d’autres planètes en chemin, il doit donc provenir de l’extérieur du système solaire.« 

Le projet Galileo de Siraj et Loeb, soit une expédition de 1,6 million de dollars, a pour but de plonger un aimant de dimensions similaires à celles d’un grand lit à 1,3 degré sud et 147,6 degrés est, à l’emplacement du lieu où repose la météorite selon le ministère américain de la Défense. Son positionnement est d’ environ 300 km au nord de l’île de Manus, dans la mer de Bismarck, au sud-ouest de l’océan Pacifique.

(Crédit image: Map Data Copyright 2022 Google)

CNEOS 2014-01-08 a largement dépassé la résistance matérielle d’une météorite de fer typique, ce qui devrait rendre sa récupération encore plus facile, selon M. Siraj. La résistance des matériaux fait référence à la facilité avec laquelle un objet peut résister à la déformation ou à la détérioration sous l’effet d’une charge. « La plupart des météorites contiennent suffisamment de fer pour coller au type d’aimant que nous prévoyons d’utiliser pour l’expédition océanique« , a-t-il déclaré. « Compte tenu de sa résistance matérielle extrêmement élevée, il est très probable que les fragments de CNEOS 2014-01-08 soient ferromagnétiques. » 

Partant de Papouasie-Nouvelle-Guinée, le navire du projet Galileo utilisera un traîneau magnétique sur un treuil de palanquée, qui sera remorqué le long du fond marin à 1 mile (1,7 km) pendant 10 jours. On espère que l’aimant pourra récupérer de minuscules fragments de la météorite, mesurant à peine 0,004 pouce (0,1 mm) de diamètre. 

Cependant, on ne sait pas encore quand les astronomes pourront monter leur expédition. Le projet Galileo dispose déjà de 500 000 dollars, et 1,1 million de dollars supplémentaires sont nécessaires pour qu’il devienne réalité. Selon M. Siraj, il s’agit d’un bon investissement par rapport à une mission spatiale. 

« L’autre moyen d’étudier un objet interstellaire à courte distance est de lancer une mission spatiale vers un futur objet passant dans le voisinage de la Terre« , a déclaré Siraj, qui, avec Loeb, travaille également sur les détails d’une telle mission si un autre objet comme Oumuamua apparaissait dans le système solaire. « Mais cela serait 1 000 fois plus coûteux, soit environ 1 milliard de dollars« . Oui, pour quelques millions de dollars, on n’a plus rien!

Les deux astrophysiciens précisent par ailleurs: » La Terre est frappée par un météore extra-solaire environ une fois par décennie, et plus de 450 millions de ces météores l’on frappée au cours de son existence.« 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus