La Chronique littéraire d’Émile Cougut .


Ceux qui ont lu Les Nouveaux cons d’Etienne Liebig vont se précipiter dans leur librairie préférée à fin d’acquérir la saison 2. Ceux qui ne l’ont pas fait, doivent se précipiter dans leur librairie préférée pour acheter les deux opus. Peu importe qu’ils commencent par le premier ou le second, les deux sont bâtis de la même façon, les deux sortent de la même veine, l’auteur a toujours le même style, la même capacité d’indignation.

Le principe des Nouveaux cons est simple : des petits textes sur une catégorie sociale où le maximum des travers est dénoncé, où tous les conservatismes, les égoïsmes, les non dits, la bêtise, les paradoxes, les absurdités, les travers sont décrits d’une plume grinçante, sèche, avec toute l’objectivité de la mauvaise foi du polémiste. Car Etienne Liebig est un vrai polémiste, sans la méchanceté et le cynisme d’un Paul Louis Courrier, mais un « empêcheur de penser en rond », un bretteur contre le politiquement correct, contre tout ce qui nous est servi, présenté, imposé par les médias, les politiques, les économistes, les sociologues, etc., comme des évidences contre lesquelles il n’y a rien à faire si ce n’est les subir sans rien dire ni surtout rien faire.

Etienne Liebig manie parfaitement l’art d’aborder un sujet par le tout « petit bout de la lorgnette », juste par la faille, même minuscule qui fait que ce qui nous est servi n’est de fait que la présentation, le déguisement d’une réalité qui si elle apparaissait toute nue, deviendrait vite insupportable à la population.

Trouver des erreurs, des choses fausses est plus que difficile. Bien sur, parfois l’auteur peut être énervant, mais non parce qu’il part dans des élucubrations irréalistes, mais parce qu’il nous oblige à remettre en cause nos façons de penser ou de percevoir notre environnement, sans compter quand le lecteur fait partie d’une catégorie.

Comme tout bon polémiste, Etienne Liebig ne se fait pas d’amis, personne ne trouvera grâce à ses yeux, même pas lui-même qui doit se retrouver dans certaines catégories qu’il décrit. N’est-ce pas ça l’honnêteté intellectuelle : savoir prendre du recul par rapport à ce qui nous sommes, ce que nous faisons, pensons, pour nous remettre en cause et progresser ?

Les experts, les féministes, les pharmaciens, les musiciens, les « spécialistes de l’antiterrorisme », etc., ne peuvent que mettre un contrat sur sa tête, ou essayer de sortir de leur conservatisme de pensées.

Un exemple parmi tant d’autres : « Qu’est ce qu’un travailleur qui vit entièrement de l’argent public ? Un fonctionnaire. Qu’est ce qu’un fonctionnaire sans chef de service ? Un toubib. Et qu’est ce qu’un toubib devant qui il faut s’agenouiller pour qu’il accepte de bosser ? Un médecin de campagne. »

Il y a du Desproges, du Pierre Dac chez Etienne Liebig.

Bien sur, il suffit d’écouter ses interventions dans les « Grandes gueules » sur RMC pour vite s’apercevoir qu’il n’est pas un homme de droite, mais de gauche non plus, sans pour autant être anarchiste. Non c’est un vrai Républicain dans le sens le plus noble du terme qui se bat pour la chose publique, contre les injustices, les « droits acquis », pour une vrai égalité, pas pour un égalitarisme à la Corée du Nord.

A la lecture des Nouveaux cons Saison 2, on entend, dans un recoin du cerveau, « les gens c’est rien que des sales types » des « papous dans la tête », émission de France Culture.

Oui, reconnaissons le, nous sommes tous des cons, car prisonniers de nos référents, de notre culture, de notre positionnement dans la société, que nous avons tant de mal à remettre en cause. Nous subissons car nous ne prenons que rarement assez de recul par rapport aux événements, car il est beaucoup plus facile de ne rien faire plutôt que de réfléchir, car nous avons du mal à surmonter nos a priori, nos évidences pour percevoir tout le ridicule qu’il y a derrière qui nous sommes et ce que nous pensons. Nous sommes tous des moutons.

Les nouveaux cons Saison 2 un livre à lire et à relire et encore à lire sans se lasser pour sortir de notre prison sociale.

Émile Cougut


Les Nouveaux cons. Saison 2

Étienne Liebig

Éditions Michalon. 16€

sortie librairie le 11 avril.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus