Le succès de l’exposition temporaire Napoléon et l’Europe vient récompenser la politique culturelle du musée de l’Armée, mise en place depuis la fin de son réaménagement en 2010, qui offre au grand public deux expositions temporaires annuelles. Dépassant largement l’objectif fixé à 55000 visiteurs, ce résultat démontre sa capacité à toucher des publics aussi variés que les sujets abordés.

Un musée au service des citoyens

A l’instar des précédentes expositions, Napoléon et l’Europe a été conçu de manière attrayante et accessible, en recherchant un propos juste, à égale distance de la critique systématique et du procès d’une part, de l’éloge et de l’hagiographie d’autre part. Sous les yeux du visiteur, l’histoire prenait vie grâce à une mise en relation d’œuvres, d’objets, d’uniformes, d’archives sous toutes leurs formes, provenant de ses propres collections et de celles d’institutions partenaires de référence. Réaffirmant ainsi sa vocation sociale, le musée de l’Armée devient partie prenante de l’éducation à la citoyenneté des jeunes et des adultes.

Un parcours pour s’approprier l’histoire

Prenant le parti de ne pas appauvrir les salles permanentes, le musée proposait à ses visiteurs un parcours complet autour de Napoléon, entre l’exposition et les collections permanentes, dont le portrait de Napoléon 1er par Ingres ou la statue sculptée par Seurre dans la cour d’Honneur, pour terminer sa visite par le tombeau de Napoléon sous le Dôme des Invalides (par Visconti). Plébiscité par près de 70% des visiteurs, le principe de cette visite enrichie sera reconduit pour les futures expositions.

Une réponse complète aux missions du musée

Par la restauration et la présentation au public de pièces souvent inédites, parmi les quelque 500 000 que conserve le musée, celui-ci remplit sa mission de mise en valeur de ses collections. Ses expositions visent aussi à combler les lacunes de son parcours de visite permanent qui, par exemple, ne traite pas du processus de colonisation et de décolonisation et s’arrête à 1945.

Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956, qui ouvrira ses portes le 16 octobre prochain, représente à ce titre un laboratoire préfigurant de futures salles permanentes.

Communiqué

Illustration de l’entête: Napoléon franchissant les Alpes (1801) Jacques-Louis David.


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus