When a brand new high technology meets fondamental needs


Vous rappelez-vous cet excellent film sud-africain sorti en France en 1983 et intitulé « Les Dieux sont tombés sur la tête », (The Gods Must Be Crazy) où l’on voyait une tribu sud africaine, sans contact avec le monde, découvrir la «civilisation» après qu’une bouteille de Coca-Cola jetée par négligence par un aviateur peu scrupuleux fût tombée sur leur village ?

Trente et une années se sont écoulés depuis lors qui ressemblent presqu’à des années-lumière ! Le téléphone portable est entre temps arrivé et sa conquête à vitesse cybernétique de toute la terre, de la planète entière, ne cesse de nous étonner et de nous surprendre, ses usages multiples redéfinissent les rapports humains et le fonctionnement de nos sociétés.

L’UNESCO publie un rapport sur la manière dont la technologie mobile est utilisée pour faciliter la lecture et favoriser l’alphabétisation dans les pays en développement. Ce rapport est rendu public le 23 avril, à l’occasion de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

Le rapport, intitulé Lire à l’ère du mobile, montre que des centaines de milliers de personnes utilisent aujourd’hui la technologie mobile comme support pour accéder au texte. L’absence de livres – que ce soit dans des pays développés ou en développement – constitue un obstacle à l’alphabétisation. Dans les pays où les taux d’analphabétisme sont élevés et l’accès aux textes imprimés limité, de nombreuses personnes lisent des livres et des histoires dans leur intégralité sur des écrans rudimentaires.

Malgré des avancées majeures dans l’édition, les livres demeurent inaccessibles pour un grand nombre de personnes. Une étude renommée menée dans 16 pays d’Afrique sub-saharienne a constaté que la majorité des écoles primaires n’ont peu ou pas de livres, ce qui ralentit l’apprentissage de la lecture, et par conséquent, la progression dans toutes les autres matières scolaires.

Cette pénurie de livres touche aussi les pays à revenu moyen et élevé. En Afrique du Sud, 51% des foyers ne possèdent pas de livres de détente et seulement 7% des écoles ont des bibliothèques. Dans les quartiers pauvres des Etats-Unis, le rapport enfants par livres est de 300 pour 1.

Bien que beaucoup de régions dans le monde soient pauvres en livres, ces mêmes sont de plus en plus riches en technologie mobile. Aujourd’hui, les Nations Unies estiment que 6 milliards de personnes ont accès a un téléphone portable actif et plus de 90% de la population est couverte par un réseau mobile.

Ces chiffres soulignent le potentiel des téléphones portables pour favoriser l’alphabétisation. Les frais de connectivité requis pour lire un livre en accès ouvert sur un téléphone portable peuvent se réduire à 2 ou 3 centimes, alors que le coût de son équivalent imprimé s’élève à 10 USD. Les livres mobiles sont ainsi 300 à 500 fois moins chers que les versions imprimées. En général, les textes numériques sont aussi plus faciles à distribuer, mettre à jour, voire plus pratiques que les livres imprimés.

Le programme de l’UNESCO en lecture mobile étudie comment promouvoir et favoriser la lecture sur des téléphones portables. Au travers de recherches et de publications, l’UNESCO indique des stratégies pour accroître la lecture mobile et, par extension, les avantages éducatifs et socio-économiques associés à une lecture accru

Ce rapport, la première étude publiée sur les lecteurs sur mobiles dans les pays en développement, fournit une information précieuse sur la manière dont la technologie mobile est utilisée comme support de lecture et par qui.

Aujourd’hui dans le monde, 774 millions de personnes, parmi lesquels 123 millions de jeunes, ne savent ni lire ni écrire et l’analphabétisme est en partie imputable au manque de livres. En Afrique sub-saharienne, rares sont les personnes qui possèdent un livre et les écoles fournissent rarement les manuels scolaires aux élèves.

Pourtant, le rapport cite des chiffres qui montrent que là où les livres sont rares, la technologie mobile est de plus en plus répandue, y compris dans les zones d’extrême pauvreté. L’Union internationale des télécommunications (UIT), estime que sur les sept milliards d’habitants que compte la planète, six milliards ont accès à un téléphone mobile en état de fonctionner.

L’étude pilote de l’UNESCO a été menée dans sept pays en développement : l’Ethiopie, le Ghana, l’Inde, le Nigéria, le Pakistan, l’Ouganda et le Zimbabwe. S’appuyant sur les réponses de plus de 4000 sondés et des entretiens qualitatifs, l’étude montre que :

· un grand nombre de personnes (un tiers des participants à l’étude) lisent des histoires aux enfants à partir de leur téléphone portable
· les femmes lisent bien plus sur les téléphones mobiles que les hommes (près de six fois plus selon l’étude)
· les hommes et les femmes lisent plus lorsqu’ils commencent à lire sur un téléphone mobile
· beaucoup de personnes tout juste ou semi-alphabétisées utilisent leurs téléphones portables pour accéder à des textes à leur portée

Ce rapport vise à établir une feuille de route pour les gouvernements, les organismes et les personnes qui souhaitent utiliser la technologie mobile pour favoriser la lecture et l’alphabétisation. Le rapport recommande d’améliorer la diversité du contenu de lecture disponible sur téléphone portable afin de toucher des groupes spécifiques comme les parents et les enseignants ; mettre en place des formations pour aider les personnes à faire de leur téléphone des supports de lecture et baisser les coûts et lever les barrières technologiques à la lecture sur mobile.

Wukali remercie le service-presse de l’Unesco pour les données fournies et contenues dans cet article


ÉCOUTER VOIR

Quel est le rôle du téléphone portable pour combattre la pauvreté dans le monde. (en anglais)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus