A new museum in Lyon designed by Wolf Prix


Entre Saône et Rhône à Lyon, «le musée des Confluences», s’ouvre au public. C’est non seulement un nouveau musée, mais d’abord un musée nouveau, et il ne fait pas l’ombre d’un doute que son architecture deviendra héraldique de la ville.

D’abord le quartier où il est implanté. Au sud de la Presqu’île lyonnaise, derrière la gare de Perrache, là où la Saône conflue dans le Rhône. Tout un symbole, la Saône douce et féminine, le Rhône jeune et fougueux ! Le quartier dont le musée est éponyme est devenu une vitrine de Lyon: celle de sa modernité, de son dynamisme commercial, industriel et scientifique, de son adaptation aux mutations du temps. C’est aussi à ciel ouvert une superbe introduction à l’architecture d’aujourd’hui tant pour les immeubles d’habitation, les bâtiments administratifs ou d’activité, un mélange subtil qui rend compte de ce que peut être une ville du XXIème siècle en France, un projet urbain.


Mais ce qui rend ce musée unique, c’est son concept même, art et sciences mélangés, art et société rassemblés sous un même toit. Une conception hybride pour «interroger la Terre et raconter l’Homme». Pèle-mêle on y trouve des momies, des collections de coléoptères, des animaux disparus comme un dodo ou un tigre de Tasmanie et même un Spoutnik. Un cabinet de curiosités revu et corrigé, une façon pédagogique de sensibiliser à la révolution et mutation de civilisation en cours. À voir !

Si le projet a mis du temps à murir, il s’est cristallisé il y a sept ans lors de la fermeture du musée Guimet d’Histoire naturelle de Lyon.

La construction a été d’une grande complexité technique et a connu des à-coups. Le chantier s’est même un temps interrompu et il a fallu renforcer les fondations. Le bâtiment mesure 180 m de long, 90 m de large sur 45 m de haut. Son architecture a été conçue par Wolf D. Prix , fondateur de l’agence autrichienne Himmelb(l)au, auteur du BMW Welt à Munich

Le musée des Confluences c’est un vaisseau de verre et d’acier qui a déjà trouvé son nom dans le coeur des lyonnais, le Nuage de cristal. 5000m2 consacrés aux salles d’exposition et 22000 m2 pour l’animation, la formation, les conférences.

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 21/12/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus