Self Portrait or not ?


Un autoportrait de Van Dyck (1599-1641) a à nouveau regagné les cimaises du Minneapolis Institute of Arts. Il vient d’être après de longues discussions et expertises formellement identifié comme ayant bel et bien été peint par Van Dyck. Voila une dizaine d’années il avait subi «l’outrage» d’un expert, Oliver Millar, qui le considérait comme une bonne copie ( mais une copie quand même) d’une peinture du maitre hollandais qui aurait disparu. On pouvait même lire dans certaines études qu’il s’agissait en fait d’une copie inspirée de l’autoportrait des Offices ou d’une autre peinture aujourd’hui appartenant à une collection privée à Melbourne en Australie. Quelques traitements dans la peinture avaient notamment été pris en considération, tout particulièrement le rendu de la main qui donne une impression différente de l’ensemble.

Cet autoportrait avait été dégradé, comme disent aujourd’hui les économistes, pour une enquête scientifique et d’histoire de l’art approfondie.

Il appartenait alors à un collectionneur américain qui l’avait prêté au musée de Minneapolis.

Quand ce tableau fit l’objet d’une mise en vente à Cologne en mai 2012 chez Lempertz il était décrit dans le catalogue comme une« copie d’après Van Dyck» et estimé alors entre 30.000€ et 40.000€. Il atteindra 512.000€ !

Dans une étude non rendue publique présentée par son nouveau collectionneur resté anonyme, l’oeuvre daterait de 1627, et van Dyck en avait fait établir une gravure qui ornait un livre consacré à son oeuvre peinte.

L’autoportrait a aujourd’hui rejoint le Minneapolis Institute of Arts et retrouvé tout son lustre, il est présenté à côté de la Trahison de Judas, autre Van Dyck appartenant aux collections du musée américain.

Julius Kleiner
correspondant de Wukali aux Usa


WUKALI 06/03/2015


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus