A whale in a lake of the French Alps, a poetic novel


Murray Haig, natif d’Écosse près du Loch Ness, après une vie errante autour des grands lacs dans toute l’Europe, après avoir fait mille métiers, est arrivé sur les berges du lac d’Annecy où il exerce le métier de charpentier de marine. Comme tous les jours, il boit un « petit blanc » à la buvette de la plage à Talloires. Et l’impossible, l’inattendu se produit : devant lui surgit une baleine ! Ses rares amis : le (très) beau Joaquim, le barman et Ingrid, la journaliste du Dauphiné Libéré sont plus que sceptiques, encore un délire d’ivrogne! Mais Murray est formel, il y a bien une baleine dans le lac d’Annecy, une baleine nommée Jessie et il se fait fort de la prendre en photo comme le docteur Wilson en 1934 photographia Nessie dans le Loch Ness.

Mieux encore, il décide de partir à sa pêche et de la ramener à Talloires pour offrir à sa ville d’adoption une renommée internationale. Alors il part sur sa fidèle barque «Mrs Dalloway,» avec son second (son nounours unijambiste) et surtout son livre, sa bible : Le Vieil homme et la mer d’[**Ernest Hemingway*]. Petit à petit Murray se transforme en Santiago, le héros de ce chef-d’œuvre.

Le parallèle entre Le Vieil homme et la mer et La Baleine du lac d’Annecy est total, totalement assumé par [**Jean-Marie Gourio*] qui nous offre un très beau texte, tendre, poétique, sur l’obstination pouvant confiner à l’absurde. Un hymne à la nature, aux rythmes de la nature qui nous forcent à devenir contemplatif jusqu’à l’imaginaire. Cet imaginaire qui transforme le monde, le quotidien de chacun pour le rendre « merveilleux ». C’est un livre sur le temps long, sur la nécessité d’aller percevoir le fond des choses (du lac) car se sont en elles que se trouvent les plus beaux cadeaux que puisse nous apporter la vie. Savoir s’arrêter, voir, percevoir, sortir du matériel, du visible pour trouver l’invisible, l’inimaginable qui, de fait se trouve à nos côtés et que nous ne savons appréhender tant nous sommes pressés, tant nous sommes enfermés dans un univers formaté.

[**La Baleine du lac d’Annecy*] est un très beau poème en prose nous invitant au rêve.

[** Émile Cougut*]


[**La Baleine du lac d’Annecy
Jean-Marie Gourio
*]
éditions Papillon- Julliard.14€


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 02/03/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus