Some fresh look into new fashionista districts in Beijing


Qui ne voit le monde se transformer risque devenir un vieil homme aigri et hargneux sans descendance… non ce n ‘est point un proverbe chinois ni une maxime bantou, c’est ce qui risque d’arriver à ceux qui ici en Europe et en France se confortent dans des idées mortes et se refusent à ouvrir les yeux et remettre en cause leurs certitudes avachies.

Tout change, même en [**Chine*], surtout en Chine, et à une vitesse stupéfiante ! Les conformismes, les clichés bien rodés sur cet immense pays, les identités approximatives, les banalités éculées, les rodomontades sectaires des Occidentaux sont de plus en plus à ranger dans le panier des vieilleries et des lieux communs.

Que l’on est loin, à des espaces-lumière, de la Chine de [**MAO*], malgré le culte toujours donné par les autorités au Grand Timonier ! La Chine qui talonne les États Unis pour la première place au rang des nations tout doucement mais sûrement, enfante d’une nouvelle société, d’un nouvel art de vivre. Sans tomber dans une admiration béate et candide ( il y a encore tant à faire, le pays est très compliqué et le mot démocratie ne fait guère partie du vade-mecum politique et intellectuel local, ne nous leurrons point !), force est bien cependant d’observer les dynamiques à l’oeuvre.

[**Le marché de l’art en Chine*]

**Pékin*] est devenu au fil du temps, la place incontournable de l’art contemporain et ce faisant du marché de l’art (Shanghai et Hong Kong aussi). A telle preuve les grandes maisons de couture françaises telles [**Dior*], [**Yves Saint-Laurent*] ou [**Chanel*] qui s’exposent là dans des musées pour le plus grand bonheur extatique des Pékinois admiratifs. Que dire aussi des maisons de vente aux enchères internationales[** Christie’s*], [**Sotheby’s*], [**Artcurial*] qui à Pékin, Shanghaï ou Hong Kong ont à leur tour ouvert non point des concessions,( le temps est bien loin et passé de mode !) mais des filiales de vente. Nous ne manquerons pas d ‘ailleurs de mentionner les maisons de vente chinoises telles [**Poly Auction*] ou [**Infinity Auctions International*] qui s’installent plus que sérieusement dans le paysage du commerce de l’art. Le nombre de [milliardaires chinois dépassant en dollars celui des États-Unis. De nouveaux noms d’artistes apparaissent et font autorité : [**Zhang Xiaogang 張曉剛, Zeng Fanzhi 曾梵志 et Zhou Chunya 周春芽*]. Une peinture de Zhang Xiaogang (Blood line, Big Family n°3) a explosé en 2014 chez Sotheby’s à Hong Kong le record d’enchère atteignant 12,1 millions US $ ! [**Ai Weiwei 艾未未*] est connu dans le monde entier, plus d’ailleurs que dans son propre pays où le moins qu’on puisse dire il est en délicatesse avec les autorités !

Les chiffres d’affaire sont époustouflants. En 3 ans par exemple de 2009 à 2011 la croissance dans ce secteur a explosé atteignant le chiffre astronomique de 500% . En 2016 le chiffre d ‘affaire des maisons d’enchères en Chine a atteint [**4,8 milliards de dollars*] (¥33,4 milliards), se plaçant ainsi à la toute première place du marché mondial (Global Chinese Art market report 2016/ Arnet ).

[**Pékin vitrine de la Chine*]

Lors d’une conférence de presse organisée le 4 avril dernier, [**Zhao Lei*], haut responsable de la ville en charge des secteurs culturels, a présenté le schéma directeur de développement urbain et d’évaluation à venir. Pas moins de 242 usines désaffectées à réhabiliter pour une surface dépassant 25 millions de mètres carrés, 109 usines ont déjà été tansformées et la rénovation est dores et déjà en cours pour 26 autres, le tout bien entendu en préservant la qualité de vie ( Pékin est une ville très polluée, l’heure est venue pour les politiques de préservation de l’environnement ).

Le modèle de référence c’est le [**district d’art 798*] dans l’arrondissement de [**Chaoyang 朝阳区*] à l’est de Pékin. Les Jeux Olympiques de Pékin de 2008 ont servi de déclencheur. Il s’agissait pour les autorités alors de dissimuler des quartiers laissés à l’abandon et souvent de raser purement et sûrement (et parfois manu militari) des ensembles de maisons, des rues entières pour restructurer une ville, vitrine d’un empire. C’est ainsi que beaucoup de hutong (en chinois : [**胡同*]) petites rues faites de maisons pleines de charmes, le Pékin d’antan, disparurent sous les assauts des bulldozers (version chinoise de Main basse sur la ville !)

[** 798艺术区*], [**le district d ‘art*]

Nombre d ‘artistes s’installèrent de façon plus ou moins anarchique dans ce quartier 798, l’habitat y était bon marché et l’endroit bien desservi en moyens de transport, ils occupèrent des locaux à usage industriel abandonnés. Un quartier qui est devenu assez rapidement la coqueluche de la création artistique contemporaine chinoise.

Cela n ‘échappa d ailleurs pas à des galeristes internationaux qui ouvrirent sur place des espaces d ‘exposition tel UCCA fondé en 2007 par [**Guy et Myriam Ullens de Schooten*] et que nous avions présenté dans [**Wukali*].

[**Le district 798*], ce fut tout à la fois une zone industrielle grise avec des entrepôts, une usine d’armement désaffectée, des réseaux de tuyauteries de gaz à l’air libre et des ateliers de chaufferie mais aussi des auditoriums et des immeubles de bureaux construits entre les années 1950 et 1990 avec l’aide de la RDA . Aujourd’hui ce quartier a bien changé d’allure et est très apprécié des Pékinois. Il est devenu à la mode avec bistro à chats, cafés et restaurants, hôtels et cinémas, boutiques fashionista, librairies et bien entendu galeries d’art, ateliers d ‘artistes et salles d ‘exposition. Des lieux de rencontre cosmopolites tels Xiaowan Canteen et autres enseignes comme le restaurant Andrews ou le bien connu Dali Courtyard dans le quartier de Nanluoguxiang où vous pourrez déguster les spécialités gastronomiques du Yunnan. Bref un mélange très dans le vent de culture urbaine. Des festivals de toutes sortes y sont désormais régulièrement organisés et il est du plus grand chic désormais pour les autorités pékinoises de faire visiter ce district aux dirigeants politiques étrangers en visite officielle dans la capitale.

Circuler dans le Quartier 798 c’est tout à la fois faire un tour dans passé du pays et envisager l’avenir. On ne peut certes point ignorer l’époque maoïste et de grandes statues en bronze du réalisme socialiste le plus pur sont là pour nous le rappeler. Ailleurs, ce sont des cohortes de soldats alignés le long des ruelles qui s’entrecoupent et qui évoquent tout à la fois les guerriers Tang certes mais aussi ont une allure carnavalesque et ironique qui défie la caste militaire. On y voit aussi des équipements industriels détournés de leur fonction d’usage, des tuyauteries revivre dans une identité décorative habillée de graphes colorés.

Un appel d’air souffle dans ce quartier. Liberté, autonomie de l’individu, peut-être, enfin dans ces ateliers d’artistes ! Création artistique, avec ce qui convient de dosages certes parfois mâtinés d’incongruité, de provocation ou d’impudicité, d’érotisme turgescent, d’aucuns diraient licence mais qu’importe, l’essentiel est bel et bien la liberté d’expression qui fraie tant que faire se peut son chemin ! Les carcans idéologiques confrontés à la mondialisation perdent quelque peu de leur alacrité (n’oublions pas **Ai Weiwei 艾未未*] ). La création artistique s’incarne confusément dans des projets plaçant la liberté de création et d’expression de l’artiste au centre du dispositif, on est aux antipodes de la Révolution culturelle, mais il ne faut cependant pas être naïf et rester vigilant, l’autorité en Chine a un sens, elle veille et la coercition étatique peut se révéler très dure, le fond dévoyé et autoritaire de la culture confucianiste revisité par une caste politique au pouvoir et dominante ( voir l’ [article de Wukali sur les libraires et éditeurs )

D’autres secteurs de Pékin voient leur image changer, celui de Caochangdi rendu notamment célèbre par Ai Weiwei qui y a construit des maisons et ateliers faits de briques en tous points pareils aux Hutong rasés lors de «la rénovation» de Pékin pour les J.O ou encore l’installation du [**Minsheng Art Museum de Shanghai 北京民生现代美术馆*] délocalisé près du centre du pouvoir sur Jiuxianqiao Road, et installé dans une ancienne usine électronique de 35.000 m2 de surface réhabilitée par le [**Studio d’architecture Pei-Zhu 朱锫建筑设计事务*]所

Le chantier de rénovation et d’évaluation décidée par la Ville de Pékin pour d’autres espaces fonciers et friches industrielles de la capitale à convertir et à aménager sera à l’image de la taille du pays, immense !

[**Pierre-Alain Lévy*] et [**Bian Jingzhao*] 边景昭 correspondant de Wukali en Chine


Illustration de l’entête: exposition en plein air au hasard des ruelles du district 798

[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 10/04/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus