Gerlando Infuso qui avait obtenu le Prix du Jury Junior au Festival du film d’animation de Nancy ( voir notre précédente chronique du samedi) renoue avec le succès avec Milovan Circus (2010). Un vieux saltimbanque sombre dans l’oubli et offre ses services au directeur d’un cirque sans gloire. Nostalgie, solitude et détresse humaine exprimées au travers de marionnettes. Un fois encore par la médiation du film d’animation, dessins ou figurines articulées, on touche au coeur et à l’intime apportant ainsi la preuve de l’égalité des supports entre eux quand la vérité est sans fard et essentielle et que l’émotion s’exprime avec respect.

P-A L

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus