Borgia, the most infamous or unlighted family in Renaissance Italy ?


La chronique d’Elsa WEILLER et Sébastien PRUDENT.


Les Borgia une famille mythique

La nouvelle exposition au musée Maillol commence par une présentation en bonne et due forme des protagonistes à l’aide de portraits et d’arbres généalogiques. Car si en effet tout le monde connaît de nom de cette famille, l’époque à laquelle ils vécurent est relativement méconnue du grand public.

Sujets de nombreux livres, films et séries télévisées, les Borgia sont une famille illustre : luxe, lucre, scandales, tout est réuni pour un scénario à succès. Est-ce ce pourquoi on se souvient d’eux ? Leur image a traversé les siècles et a enflammé l’imaginaire collectif, tout particulièrement depuis l’après-guerre. C’est à la fois beau et triste, beau car ils sont devenus légende, mais triste car ce sont systématiquement ces traits qui sont présentés et non les enjeux politiques, économiques et religieux pourtant primordiaux à cette époque charnière de l’histoire européenne. Serait-ce symptomatique de notre temps ? Le caractère « people » de l’actualité semble l’emporter sur les débats de fond et une mise en perspective de questions plus cruciales…

L’exposition présentée au Musée Maillol met en lumière la diversité et la richesse – artistique et historique – de l’époque des Borgia. Une famille puissante, politiquement, économiquement et surtout religieusement. Une puissance d’ailleurs éphémère, avec un revers de fortune les menant à leur fin.


L’aura sulfureuse des Borgia au cours de leur règne, car oui il s’agit en fait d’un règne, leur débauche, leur transgression et leur argent auront une conséquence inouïe : elles conduiront – entre autres – au schisme entre catholicisme et protestantisme, avec le retentissement politique énorme que l’on connaît. Cette exposition cherche à démontrer, et elle le fait d’ailleurs fort bien, le caractère déterminant de cette époque.

Le Pouvoir et les arts

La série de portraits présentée est intéressante, en cela qu’elle illustre le début du genre, né à la Renaissance. En parallèle des commandes officielles, dédiées à l’art religieux, les notables cherchent pour la première fois dans l’Histoire à immortaliser leur image. Ils deviennent donc mécènes, car ils entrevoient également le rapport étroit entre art et politique, sa capacité à véhiculer des messages et à dépasser les frontières. Les artistes sont donc nombreux dans l’entourage des puissants, qu’il s’agisse des Médicis à Florence ou des Borgia à Rome, les artistes donnent à voir une représentation du pouvoir, d’un lieu et d’une époque. On a donc la chance de pouvoir admirer des œuvres de Titien ou du Pérugin au cours de cette exposition.

Les témoins de leur temps

Une époque, c’est évidemment plus large qu’une famille, et grâce aux choix curatoriaux opérés par les commissaires de l’exposition, nous nous trouvons face aux œuvres et aux témoignages de nombreux personnages illustres de la Renaissance italienne. Qu’il s’agisse de Léonard de Vinci, via ses manuscrits et esquisses qui propose au Pape son aide comme ingénieur militaire, ou de Michel Ange ; via sa Piéta miniature en terre cuite préparatoire à la Piéta de Saint Pierre de Rome, ou bien encore les écrits de Machiavel, inspiré des Borgia pour écrire son chef d’œuvre : Le Prince (présentation d’une édition originale traduite en français de 1533).|center>

On redécouvre aussi le fou mystique Savonarole grâce à son portrait par Fra Bartolomeo et bien sûr on évoque les conséquences du règne des Borgia, notamment le début de la Réforme, grâce aux splendides portraits de Luther et sa femme par Cranach l’Ancien.

Une exposition riche et pédagogique
En conclusion, nous ressortons de l’expos
ition « De Léonard de Vinci à Michel-Ange, Les Borgia et leur temps » du Musée Maillol riches d’un regard élargi sur une époque clé de notre Histoire. La famille Borgia, au cœur du propos, est finalement utilisée comme prétexte et tremplin pour nous faire découvrir la complexité et la diversité du contexte historique d’alors.

Qui plus est, cette balade dans le temps se fait de manière forte agréable, la muséographie aux couleurs olive et lie de vin, renforce le sentiment de transition entre un Moyen Âge bien révolu et une Renaissance flamboyante. Si l’on regrette quelques imperfections dans certaines finitions de l’exposition, on ressort très satisfait de ce moment passé en la compagnie de cette sulfureuse famille.

Elsa Weiller et Sébastien Prudent


Les Borgia et leur temps

Musée Maillol, du 17 septembre 2014 au 15 février 2015

Ouverture de 10h30 à 19h00. Vente des billets jusqu’à 18h15. Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30

59/61, rue de Grenelle. 75007 Paris
Métro : Rue du Bac
Bus : 63, 68, 69, 83, 84, 94, 95
Vélib : bd Raspail


WUKALI 22/09/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus