Fake news
Accueil ActualitésFaits divers Bobards, truqueurs, menteurs et autres malhonnêtes

Bobards, truqueurs, menteurs et autres malhonnêtes

par Pierre de Restigné

Qu’est-ce que la vérité ? Combien de milliers et de milliers de livres, thèses, théories ont été écrits, élaborés depuis la nuit des temps ? On ne peut les dénombrer. Ce qui est certain c’est que non seulement c’est un concept très difficile à définir, mais qui, dans les faits, s’avère très souvent terne, ennuyeux et surtout unique. Alors que les mensonges, les bobards de toutes sortes, sont quant à eux très nombreux et combien plus plaisants à entendre. D’autant plus plaisants qu’ils sont souvent simples, assez manichéens et donnent immédiatement, sans effort, des faits qui « rassurent » ceux-là même qui les croient.

C’est un fait, et prenons le pour tel, la nature humaine est mue par la « loi du moindre effort ».

En effet plus cela est simple (pour ne pas dire simpliste), plus c’est évident (c’est à dire que cela satisfait le cerveau reptilien), plus le bobard a des chances d’être cru. A l’inverse la recherche de la vérité est longue, pénible, oblige souvent à dépasser les apparences, et surtout demande des efforts intellectuels longs et complexes.

Tom Phillips nous démontre (brillamment mais sans mal) que mensonges et autres bobards ne sont pas (loin de là) une marque de notre époque qui les emploie à tout bout de champs, surtout avec le développement des réseaux sociaux ! Au demeurant et dés l’antiquité, on a des preuves que des bobards, il y en avait…

De fait,Tom Phillips sur-multiplie les exemples notamment à partir du XVIIIème siècle, époque où les informations se diffusaient rapidement (par rapport à ce qui se passait avant cette époque) et cela est-il utile de le préciser, grâce à la presse. Car la presse fut vite perçue par certains comme un moyen pour faire progresser ses idées.

Un des plus grand créateurs de bobards de cette époque n’est autre que Benjamin Franklin, un immense savant, un des pères des États-Unis d’Amérique, mais aussi un propagandiste de génie.

Des bobards, il en a fait, beaucoup, certains à son profit, d’autres pour les causes qu’il défendait. L’ exemple  de Franklin n’est pas donné par hasard, car hélas, il arrive que des bobards perdurent malgré les explications de leurs auteurs et qu’ils servent de base à des idées nauséeuses (les méchants indiens sanguinaires qui scalpent à tour de bras. Si c’est une vérité, Franklin reprend ce fait pour montrer la cruauté des Anglais lors de la guerre d’indépendance, et il fait plus qu’exagérer les traits en inventant un massacre avec des centaines de ces trophées chevelus.

Peu importe la motivation des auteurs de bobards : leur ego, leur soif de pouvoir, leur appétit de l’argent, ce sont toujours les mêmes mécanismes qui jouent sur la crédulité de ceux à qui ils sont destinés.

Dès lors, si un bobard marche à un certain moment, c’est qu’il correspond à ce que les gens veulent croire. Avant ou après, ils auraient rejoint la l’immense liste des bobards qui ont été aussi vite oubliés qu’ils ont été créés.

N’oublions pas que les bobards inventés par les journalistes (et Tom Phillips en donnent plus d’un exemple), sont créés avant tout pour vendre du papier, et ce dés le XIXè siècle.

À cet égard, pour vendre de la page, de la copie, et surtout pour lutter contre une concurrence alors féroce, il est fait appel à de « belles plumes » qui savent rendre croyables, plausibles, les pires inventions. Que l’on pense aux habitants de la lune qui firent avant tout la fortune du New-York Sun.

Dans ce livre, Tom Phillips, dans un style léger, familier parfois (mais dans le très bon sens du terme) nous livre une longue liste d’approximations, de fausses découvertes, d’omissions, d’arnaques, de propagandes, enfin de tout ce qui aboutit à créer de vrais bobards. Un vrai régal, drôle, plaisant sur la crédulité humaine.

Et de fait, son travail est parfaitement résumé dans la citation de Vilhjalmur Stefansson qu’il met en exergue de son livre : « La contradiction la plus frappante de notre civilisation est la révérence fondamentale pour la vérité que nous professons et le manque total de respect que nous lui manifestons ». Et toc, ne serait-ce point par hasard aussi d’une brûlante actualité?

Bobards !
Tom Phillips
édition La librairie Vuibert. 22€90

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus