répression censure artistes poutine
Accueil Actualités Chape de plomb, menaces et répression contre les artistes en Russie

Chape de plomb, menaces et répression contre les artistes en Russie

par Pierre-Alain Lévy

Rien de nouveau sous le soleil et si d’un âne on ne fait pas un cheval de course c’est bien connu, d’un Poutine l’on ne fait pas un démocrate et la Russie à sa botte, hélas, hélas, hélas, suit de même ! Les artistes russes, émergence spirituelle de la liberté d’expression du pays, dores et déjà paient un lourd tribut au totalitarisme qui sourd de la politique du Kremlin. Quand Vladimir menace, la cohorte courtisane reprend en choeur et c’est à celui qui fera assaut de l’esprit le plus réactionnaire contre « l’Autre« , c’est à dire celui qui est différent, qui conteste et qui s’oppose ( dans le langage courant français l’on dirait « facho« , mais le sens des mots se dilue dans ce relativisme pervers qui nous englue).

Reconnaissons que si ce n’est nullement une caractéristique russe ( notre histoire de l’art est remplie de censures, d’interdits, d’intolérances, de procès et de condamnations, rappelons nous a minima Les Fleurs du mal de Baudelaire ou Olympia de Manet), l’air du temps qui règne actuellement à Moscou est plutôt nauséabond et le conformisme « poutinien » ( comme l’on dirait « stalinien« ) est de mise. Les trompettes de la renommée y sont bel et bien mal embouchées, et c’est à celui dans les cercles du pouvoir, qui fera montre de l’esprit le plus intolérant exprimé dans des termes des plus furieux, étroits, voire fanatiques pour complaire à la doxa imprimée par Poutine et ses portes-voix sur la société russe. Hors de l’Église point de salut n’est-ce- pas et nous savons tous ce que cette référence porte en elle. Il en est de même à l’orient moscovite, pourrait-on ainsi dire…

Avant que de poursuivre sur la Russie d’aujourd’hui, revenons un court instant à Baudelaire, L’Albatros plus précisément, dans une très courte explication de texte.

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

Olécio partenaire de Wukali

Les gouffres amers‘ pour commencer, l’on pourrait y voir une métaphore de la société et quelqu’en soit son rattachement national.

Et pour ce qui est de la dernière strophe:

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

Tout y est dit et directement sans précaution, poète, artiste, qu’importe, le même domaine de fonction sémantique ! Hélas l’oiseau en l’occurence peut aussi être victime des flêches de l’archer et c’est précisément ce qui nous renvoie à ce qui se passe en Russie aujourd’hui. Quant aux « ailes de géant« , nous pourrions très bien imaginer une séquence d’un film d’animation où l’on verrait un Poutine gringalet, courir et s’enfuir sous l’ombre des ailes d’un oiseau qui le surplombe. Et si c’était la colombe de la Liberté ?

La Russie, pauvre pays, pauvre peuple peu habitué à la liberté, une courte pause au tournant des années 20 ( 1920), un temps prolifique où la création se déploie et se démultiplie et où peintres, affichistes, cinéastes, musiciens, graphistes semblent se dépêcher pour livrer leurs imaginaires. Mais Staline est là et veille et bientôt le pays se refermera sur lui-même et tel Saturne dévorera ses propres enfants. Les beautés du communisme n’est ce pas, ce rêve infantile de révolution prolétarienne, ressorti de son enfer (mâtiné d’exécutions sommaires et de rélégations dans des camps), et mis au goût du jour aujourd’hui en France par ce délicieux monsieur Mélenchon, mais passons !

Ainsi à Moscou, créer, proposer au monde sa vision, sa perspective ou ses rêves n’est point chose aisée pour l’artiste. A cet égard certains artistes sont la cible des flèches du pouvoir. Esthétique, morale et politique ne font pas bon ménage! À cet égard, à la ô combien célèbre galerie Tretiakov ( Государственная Третьяковская галерея ) une rétrospective consacrée à l’artiste non conformisme Grisha Bruskin vient sans la moindre explication d’être fermée et suspendue sine die. On y pouvait y voir Scene Change, une installation naguère présentée à la Biennale de Venise en 2017, et qui selon son créateur illustre les relations entre la société et les autorités. Des indiscrétions rapportées par le journal en ligne Artguide suggèrent que l’ordre en a été directement donné par Olga Lioubimova (Ольга Борисовна Любимоваla ) ministre de la culture !

Un autre artiste, et pas des moindres à l’ouest de l’Oural, Oleg Kulik, est aussi menacé par les roquets poutiniens. L’objet du délit se nomme Big Mother, et a été présentée à Art Moscow Fair comme l’on dit même là-bas à l’est Ярмарка современного искусства. Les fils putatifs de Béria ( « putatif », « putinien », »décidément çà commence mal !) considèrent en effet que cette oeuvre constitue en soi une « réhabilitation du nazisme« .

Serait-ce un soudain éclair d’inspiration littéraire qui aurait titillé et saisi ces censeurs considérant ce titre et le rapprochant de celui du livre d’Orwell? 

C’est ainsi qu’Oleg Kulik a été convoqué par le Comité d’enquête de la fédération de Russie ( Следственный комитет Российской Федерации) pour avoir tourné en dérision avec son installation (selon les censeurs) le groupe statuaire L‘appel de la Mère-Patrie commémorant à Volgograd la bataille de Stalingrad. Qu’y voit on: un personnage féminin et central avançant, un glaive à la main porté à la verticale. Pas plus, pas moins !

censure répression artistes Russie Poutine
Big Mother. Oleg Kulik

« Dénazifier » ( en russe денацифицировать), ce verbe étant aujourd’hui vraiment tendance du côté du palais des Térems ou du Belvédère où habite notre très cher Vladimir, tel est bel et bien le leitmotiv claironné à tous les vents de la sainte Russie. Faudrait-il un Brecht contemporain pour ridiculiser ce régime dangereux et par dessus tout absurde !

Pour le député nationaliste Zakhar Prilepine ( Захар Прилепин ) et quelques autres émules d’un ordre aux bottes du Kremlin, cette oeuvre c’est une apostasie, un scandale, un reniement, une souillure morale, en un mot une oeuvre du démon, de satan, bref le fruit des héritiers d’Hitler ! On se pince, on croit rêver si cela n’était hélas vrai ! C’est vrai que si Oleg Kulik est un artiste plasticien russe, il est né à Kiev et il y a conservé et maintenu de très bons contacts…


Pour l’artiste, c’est un choc, un traumatisme, il a mis 3 ans, pas moins pour réaliser son oeuvre aujourd’hui cible de l’alliance ultra nationaliste et idéologique du pouvoir en place. « Si j’avais jamais pensé un seul instant, ne serait-ce que pour 10%, de l’interprétation qui aujourd’hui est faite de mon oeuvre, non seulement je ne l’aurais pas présentée, mais encore moins envisagée ni créée » a t-il précisé à la revue The Art Newspaper Russia. Il faut savoir qu’il risque 3 ans de prison !

censure répression artistes Russie Poutine
Daria Apakhonchich distribuant des tracts à St Petersbourg
Photo FaceBook

D’autres artistes, quand ils ne sont pas emprisonnés, ont le courage de manifester, ils ne sont pas les seuls au demeurant, quelques jeunes gens du Millénium (ce qui est très bien car ils n’ont connu que ce régime politique) relaient le combat pour la liberté et manifestent aussi avant d’être matraqués et arrêtés par la police. 

L’invasion de l’Ukraine le 24 février dernier, pardon, LA GUERRE conduite en Ukraine sous l’ordre de Poutine, a provoqué les consciences en Russie. Daria Apakhonchich en sait quelque chose, elle qui déjà avait été considérée comme « ennemie de l’état » et arrêtée le 31 janvier quand les sbires de la police à 5h du matin frappèrent à sa porte et s’apprêtant à la défoncer en utilisant une scie circulaire électrique. Elle n’eut que le temps d’envoyer via FaceBook(cliquer)un message d’alerte.

Textes et dessins de Daria Apakhonchich contre la guerre en Ukraine
et publiés sur son compte FaceBoook

Que lui reprochait-on alors? D’avoir pris contact avec des journalistes étrangers, de défendre les migrants et les réfugiés, d’éveiller l’attention sur la protection de l’environnement, de se cabrer quand des lois ridicules et iniques sont passées et par dessus tout, d’éveiller les consciences avec le relai de son application FaceBook. N’a-t-on jamais en France entendu nos extrêmes-gauches, elles si promptes à défendre la veuve et l’orphelin partout dans le monde, ( des noms, des noms…! ) vociférer (définition: s’en prendre avec colère par une harangue) contre la répression politique en Russie ? Vous connaissez tous la réponse : que nenni!

Une chape de plomb, la liberté d’expression prohibée, un outil monstrueux de propagande qui pervertit les esprits et les consciences, un peuple soumis aux délires d’un chef d’état paranoïaque, et quoi qu’on en dise en Europe, une influence perverse et souterraine dans certains milieux occidentaux imprégnés encore, et malgré l’effondrement de l’URSS et du communisme stalinien, d’une image fabriquée sur mesure pour des consciences en recherche de paternité intellectuelle et politique ! Me revient à l’esprit et dans un autre contexte, cette phrase devenue célèbre de Daladier rentrant de Munich…!

Cet article est pareillement accessible en anglais, pour cela cliquer sur le drapeau en haut de page
To read this article in English, just click on the flag top page

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus