Jusqu’au 5 mai 2013 près de 180 tableaux, collages, sculptures, livres illustrés et autres documents rassemblés pour la première rétrospective à se tenir en Autriche, à l’Albertina de Vienne sur l’oeuvre de Max Ernst.

Grâce à l’entregent de l’historien d’art allemand Werner Spies, auteur du catalogue raisonné de l’oeuvre de Max Ernst et écrit du vivant de celui-çi, et commissaire de l’exposition avec Julia Drost, de nombreux collectionneurs privés et de nombreux musées ont accepté de prêter des oeuvres de l’artiste appartenant à leurs collections.

Max Ernst est au même titre que Matisse, Picasso, Kandinsky ou Warhol une des figures essentielles de l’histoire de l’art du XXème siècle. Figure de proue du Dadaïsme, ami de Guillaume Apollinaire de Jean Arp, de Paul Klee qui exercera une profonde influence sur lui, pionnier du Surréalisme, ami d’Éluard, de Giacometti et de Miró, il est un inventeur original, unique et imaginatif de formes et adapte mille techniques à ses projets artistiques (collage, frottage, grattage, décalcomanie, oscillation), n’hésitant jamais à des mouvements de va et vient qui indisposeront parfois des critiques indolents incapables de le situer.

Toute sa vie fut un combat pour la liberté. En 1922 Max Ernst quitte l’Allemagne pour s’installer à Paris. La guerre le surprend à Paris, arrêté par la police française il réussit à s’échapper et quitte la France en 1941 grâce à Peggy Guggenheim avec laquelle il arrive à New-York. Ils se marièrent l’année suivante. Il en divorce en 1946 et épouse Dorothea Tanning et dans la même cérémonie Man Ray épouse Juliet Browner.

C’est à New-Yorl qu’il rencontre et se lie d’amitié avec Marcel Duchamp et Marc Chagall. ll revient en Europe dès 1950 puis s’installe à Paris. En 1954 il obtient le grand Prix de la Biennale de Venise et est reconnu dans le monde entier. En 1975 le musée Solomon Guggenheim de New-York lui consacre une rétrospective. Un catalogue complet de ses oeuvres sous la houlette de Werner Spies est publié à Paris. Max Ernst s’éteint le 1er avril 1976. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise.

David Kvar Vitkin


ALBERTINA juste à côté du Staatsoper

Albertinaplatz 1
1010 Vienna, Austria
Ouvert tous les jours de 10h à 18h et le mercredi de 10h à 21h


Illustration d’entête. Max Ernst. La tentation de St. Antoine, 1945. Huile sur toile.
© VBK, Vienna 2013 / Lehmbruck Museum, Duisburg, Foto: Achim Bednorz, Ullmann Verlag, Potsdam

ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus