Lors de la pose de la première pierre du centre international de l’art pariétal Montignac-Lascaux le 24 avril à Montignac en Dordogne, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a donné le coup d’envoi au chantier de construction de l’équipement ouvert au public en 2016.

Destiné à devenir un lieu de référence pour la valorisation touristique et culturelle dans le domaine des grottes ornées, l’équipement, également baptisé Lascaux 4, va accueillir un fac-similé complet de la grotte originelle fermée au public depuis 1963. Le projet comporte également un volet numérique et d’espaces d’interprétation pour une capacité d’accueil de 400 000 visiteurs par an. L’opération s’inscrit dans la sanctuarisation du site qui ne sera plus accessible en voiture. Le chantier est prévu pour durer deux ans.

Bâtiment semi-enterré

Tirant partie de l’environnement, l’agence d’architecture norvégienne Snohetta, associé à l’agence bordelaise de Duncan Lewis Scape Architecture, a choisi d’imbriquer le bâtiment dans la colline avec une façade vitrée tournée vers le village de Montignac. Semi-enterré, à la limite entre la forêt et les parcelles agricoles, le bâtiment, d’une hauteur de huit mètres, s’étend sur environ 150 mètres. Il se dilate jusqu’à 70 mètres pour sa plus grande largeur. La toiture-belvédère plantée, conçue pour répondre au mouvement de la colline, est un élément fort du projet : « Il concourt à matérialiser la notion de faille, de fissure dans le paysage, notion qui s’exprime également dans l’écriture architecturale des sols. Notre projet consiste à établir une sorte de continuité organique avec la colline. Ainsi, le niveau de la toiture, au droit de la paroi arrière, correspond au niveau du terrain naturel », précisel’architecte Thorsen Kuemil de l’agence Snohetta.

Béton architectural

Pour reconstituer la matière brute de la grotte, les sols, les parois, la toiture et le bandeau de façades sont en béton architectural. Le verre est l’autre matériau dominant en façade et en couverture de la zone d’orientation, dessinée comme une faille.
Pensé pour mettre le visiteur dans les conditions de visite d’une grotte tout en lui exliquant le site de Lascaux, le projet lie paysage, architecture et scénographie. « Toute la difficulté du chantier sera de faire le lien entre la multiplicité des intervenants et de répondre aux enjeux spécifiques. Notre mission consiste à accorder le contenu et l’enveloppe architecturale et paysagère », rappelle l’architecte Clémence Saubot de l’agence SRA Architectes, chargée du suivi d’opération.

Source: Le Moniteur


ÉCOUTER VOIR


FOCUS

Fiche technique

Coût : 50 millions € HT, dont 7 millions€ HT pour les aménagements extérieurs .
Surface de plancher : 6 307,70 m2.
Superficie du terrain : 53 065 m2.
Livraison : 2016.
Maîtrise d’ouvrage. conseil général de la Dordogne.
Maîtrise d’oeuvre. Architecte mandataire et paysagiste : Snohetta. Architecte associé phase étude : Duncan Lewis Scape Architecture. Architecte d’opération : SRA Architectes, Châtillon. Scénographe : Casson Mann. Parcours virtuel : Jangled Nerves. Economiste de la construction : VPEAS. BET : Khephren Ingénierie (Structure), Alto Ingénierie (Fluides et VRD), RFR (façades et verrières), 8’18 » (Concepteur lumière), commins dBlab (Acoustique).
Entreprises :
Gros œuvre : Lagarrigue SAS (mandataire).
Façades vitrées-verrières-menuiseries extérieures : SAS Coveris.
Métallerie-Serrurerie : SARL Lacoste.
Menuiseries intérieures : Artisans du bois SARL.
Revêtements de sols-carrelage-FaÏence : SAS Ets Brel.
Fluides -chauffage : SAS Eiffage Energie Thermie Sud-Ouest (mandataire).
Electricité : Spie Sud Ouest SAS.
Cuisine : SARL Aubareil Quercynox.
Ascenseur : SA Kone.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus