Last concert of the 2018 piano festival season


Si vous aimez [**Brahms*], c’était la soirée à ne pas manquer. Le virtuose québécois, [**Marc-André Hamelin*] l’aime aussi et l’a prouvé ce vendredi 17 août 2018, à l’un des tout derniers concerts du [**festival de la Roque d’Anthéron*]. Le public s’est enthousiasmé de le voir prendre autant de plaisir à jouer, un plaisir communicatif.

Au programme :
Brahms : Concerto pour piano et orchestre n°1 en ré mineur opus 15
Brahms : Symphonie n°4 en mi mineur opus 98.

Marc-André Hamelin a l’humilité des grands, cette humilité vraie, cette modestie musicale faite de respect, avec l’envie de rendre hommage. Hommage rendu à Brahms, et on le sait, le pianiste préfère le plus souvent présenter des répertoires moins visités, quelles que soient les époques. Mais on peut vous assurer qu’il est à l’aise avec ce répertoire plus traditionnel de l’un des compositeurs les plus importants de la période romantique. On en prend conscience dans ce long concerto, moins facile qu’il n’y paraît à jouer. Il possède un sens dramatique pas évident à saisir, un sérieux extrême. On capte cette profondeur dans le jeu de l’orchestre d’Odense, dirigé par le russe [**Alexander Vedernikov*]. L’interprétation est remarquable dès les premières mesures. Densité des cordes, des violoncelles et contrebasses, on aime cette Romanze apaisée, le solo de violoncelle, éclatant, on aime encore le scherzo et le Trio, si joliment construits, la belle atmosphère que les cuivres soulignent avec brio, et se met en route vers le final avec bonheur. On aime encore la dualité entre le piano et l’orchestre. Le piano souvent torturé, et l’orchestre qui tempère, apaise, console.


Bravo et bravo encore pour ces bis. Le premier est surprenant : [**Trenet,*] « En avril à Paris » sur un arrangement [**Alexis Weissenberg*]. Une valse d’un genre particulier et la magie de cette formidable transcription opère. La musique de Trenet ainsi transformée et adaptée pour le piano est tout simplement magnifique, sans que l’on perde l’esprit du chanteur fou.

Deuxième bis, [**Schubert,*] Impromptu n°2 en la maj. D 935.
Un bis exprimé avec beaucoup de conviction.

Après l’entracte, l’Orchestre d’Odense nous offre la grande symphonie de Brahms n°4 en mi mineur opus 98. De l’énergie, du drame, de la passion. On retient bien la mélodie, on pourrait presque la siffler, la fredonner. Elle nous devient familière. Soupirs mélancoliques, nostalgiques, silences, les flûtes font merveilleusement écho aux cordes. Les bois et les violons viennent contrarier cette ambiance toute feutrée pour apporter plus d’ardeur et d’effervescence. Tout en opposition et dualité dans les nuances, on ne peut qu’aimer ! Les autres mouvements sont différents, certains d’une grande solennité nourrie par les cors, les hautbois, les bassons, les flûtes. Quel superbe chant des violoncelles aussi, très expressif, d’une belle fluidité. La musique se fait exubérante, joyeuse, timbales et triangle se font entendre de façon remarquable pour exprimer aussi cette joie. Mais ce sera de courte durée, retour au tragique dans l’Allegro energico e passionato – più allegro . Bois et cuivres exprimeront cette ambiance quasi funèbre. Elle s’installe de façon permanente, épisodes successifs autour de la mélodie qui revient, et revient encore… le jeu de l’orchestre est formidable et le rythme insufflé convainquant, expressif, persuasif pour exprimer ces moments de gravité. Il est bien difficile de trouver les mots qui collent aux images de ce destin qui se fait soudain cruel, inéluctable. C’est juste beau à en pleurer, alors, pleurons avec Brahms ! l’Orchestre Symphonique d’Odense dirigé par un Alexander Vedernikov exigent et passionné ont donné ce vendredi soir, deux magnifiques visions de ce compositeur. Ce sera sans doute l’un de nos plus grands souvenirs du festival 2018 .

[**Pétra Wauters*]


Illustration de l’entête: Marc-André Hamelin, piano, Alexander Vedernikov, direction, Orchestre Symphonique d’Odense/ photo ©Christophe Grémiot

[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 19/08/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus