dynasties égyptiennes
Accueil Livres, Arts, ScènesHistoire Hippodamie ou l’odyssée d’une femme grecque au pays des Pharaons

Hippodamie ou l’odyssée d’une femme grecque au pays des Pharaons

par Félix Delmas

A la fin du XIXème siècle, un jeune couple d’archéologues trouve une tombe inviolée. Ils sont accueillis par les occupants qui, en échange de leur histoire, leur demandent, les supplient, de les laisser continuer paisiblement leurs vies dans l’au-delà commencées voilà plus de deux millénaires.

IVème siècle avant J-C

La très belle Hippodamie, éprise de liberté, est une Athénienne née dans une famille de riches marchands. La cité grecque, épuisée par des guerres fratricides, est inquiète face à la montée en puissance de Philippe de Macédoine, mais n’est-il pas le dernier rempart face aux volontés expansionnistes de l’empire mède ?  Le père de la jeune fille la marie à une de ses connaissances (sans bien  sûr lui demander son avis) et le couple part s’installer dans un comptoir grec en Égypte avec la fidèle esclave Xanthippe.

Choc culturel total : son nouveau pays est tourné vers son prestige passé, tout y est religieux, tout est basé sur la préparation de la vie après la mort, mais où le statut de la femme est bien plus « libéral » que dans la société athénienne. Après que Xantippe, assassine le mari, pour libérer sa maîtresse de son joug, la jeune femme va tomber amoureuse du scribe royal Omnofré et après quelques péripéties, s’unir avec lui dans la vie et dans l’éternité. De scribe royal, Omnofré va devenir grand prêtre de Ptah, conseiller de Pharaon, ce qui va les placer dans une place centrale dans la vie de l’Égypte.

Période troublée, car le Grand Roi Artaxerxes III Ochos n’a qu’un désir, reprendre ce pays d’où ses ancêtres ont été chassés. Nous sommes sous le règne de Nectanébo II, dernier pharaon de la XXXème dynastie, dernier souverain égyptien « indépendant », souverain pieux mais bien démuni face à cet adversaire. Il faut dire que, malgré l’appui d’ingénieurs et de mercenaires grecs, les Égyptiens ne comprennent pas que l’art de la guerre a évolué, que la bravoure ne suffit plus pour triompher de l’adversaire, que les machines, la mécanisation, sont devenues fondamentales.

Olécio partenaire de Wukali

A travers son héroïne, Marie Still nous décrit la vie quotidienne des Égyptiens de cette époque, leurs traditions, leurs rites religieux, leur culture. De même manière elle nous fait comprendre aussi l’inadaptation du pays à l’évolution du monde qui l’entoure tout en conservant un esprit de tolérance et jusque dans le domaine de la religion.

Observons qu’il s’agit là d’une période historique peu traitée, surtout dans des romans, celle de la fin d’une civilisation multi-centenaire, concomitante avec la disparition de la civilisation grecque de la période classique. C’est ainsi que nous la définissons de façon bien abusive comme une période de déclin..

Or n’oublions pas que pointent les ombres d’Alexandre et de Ptolémée qui vont rétablir cette civilisation tout en la marquant profondément de la culture grecque. En quelque sorte une synthèse qu’ils ne purent effectuer qu’après avoir vaincu l’ennemi commun.

L’auteur bâtit son histoire en faisant parler le « ka » (i-e: l’énergie vitale) de Xanthippe, d’Hippodamie ainsi que d’Omnofré, mais aussi certains objets (une tunique, un collier, un fauteuil) qui se trouvent dans la tombe. Cet effet narratif permet ainsi de rendre le récit vivant, limpide, original de par les différences de points de vue : un cheval ne perçoit pas les faits de la même façon qu’un coffret à bijoux !

Mais surtout, l’autrice montre que derrière les beautés de l’Égypte pharaonique, il y a eu des femmes et des hommes qui ont vécu, furent heureux, malheureux, s’aimèrent et espérèrent rester unis pour l’éternité.

Un très beau roman tant par l’écriture que par le monde révolu qu’il nous fait découvrir.

Hippodamie
L’Odyssée d’une femme grecque au pays des Pharaons
Marie Still
éditions Les 3 Colonnes. 22€

Illustration de l’entête: détail d’un papyrus conservé au Musée d’Égypte du Caire. Un défunt rend hommage au dieu crocodile

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus