dragon chinois
Accueil Actualités Les gavials de l’âge de bronze en Chine mettent en lumière l’évolution des crocodiliens

Les gavials de l’âge de bronze en Chine mettent en lumière l’évolution des crocodiliens

par Pierre-Alain Lévy

Ah les crocrocos, les crocrocros, les crocodiles…! Les grandes civilisations ont toutes leurs crocodiles, égyptienne ou chinoise par exemple. À défaut de terminer en chaussure ou en sac de grand luxe au bras d’une élégante parisienne, ou brodé en écusson sur un tricot de marque, cet effrayant animal (déifié en Égypte sous le nom de Sobek) est devenu dragon en Chine.

En 819 après J.-C., Han Yu  韓愈, un fin lettré et fonctionnaire ayant vécu durant la dynastie Tang, a publié un discours contre les crocodiles vivant dans l’actuel delta du fleuve Han 韩江, dans la province de Guangdong, dans le sud de la Chine.

Après avoir sacrifié un cochon et une chèvre, Han Yu, célèbre dans l’histoire de la littérature chinoise ancienne, a lu à haute voix un « exhorte aux crocodiles« , implorant les prédateurs de six mètres de long de quitter la région dans les sept jours, faute de quoi il n’aurait aucune pitié.

Cela est reporté dans longue poésie intitulée Long-Che citée par les annales de Tchao-Tcheou, kiuen 42, folio 20 :
 « À Tchao-Tcheou, on attrape la malaria sur les bords de la rivière Ngo-Ki ;
Le tonnerre gronde constamment dans ce pays ;
Et les cultivateurs sont dévorés par les crocodiles grands comme des jonques, aux dents et aux yeux effrayants. » ( Source: Les alligators et les crocodiles de la Chine. Henri Imbert. 1921. Imprimeries d’Extrême Orient).

Malheureusement, les crocodiliens, incapables de reconnaître ces menaces, sont restés et, comme le suggèrent de nouvelles preuves, ont connu leur ultime destin.

Douze siècles plus tard, le professeur Minoru Yoneda, du musée universitaire de l’université de Tokyo, et son collègue Masaya Iijima, du musée universitaire de Nagoya au Japon, ainsi que le professeur Jun Liu, de l’université technologique de Hefei en Chine, se sont retrouvés à étudier deux individus partiellement fossilisés, ou subfossiles, appartenant à une nouvelle espèce. Les créatures ont probablement été tuées respectivement au 14e et au 10e siècle avant J.-C. et n’ont donc pas été victimes de Han Yu, mais leur existence est liée à cette histoire, et les chercheurs ont donc baptisé cette nouvelle espèce Hanyusuchus sinensis en son honneur.

Pierre-Alain Lévy


« J’ai étudié les crocodiliens modernes pendant des années, mais même s’il est éteint, Hanyusuchus sinensis est de loin la créature la plus étonnante que j’ai jamais vue« , a déclaré le professeur Masaya Iijima. « Tout le monde connaît les crocodiles à nez pointu et les alligators à nez émoussé, mais on connaît peut-être moins une troisième sorte de crocodiliens modernes, les gavials, dont le crâne est beaucoup plus long et plus fin. Hanyusuchus sinensis est un type de gharials, mais ce qui est passionnant, c’est qu’il partage également certaines caractéristiques importantes du crâne avec le reste des crocodiliens. Cette découverte est importante car elle pourrait clore un débat vieux de plusieurs décennies sur la façon dont les crocodiliens ont évolué vers les trois familles qui parcourent encore la Terre aujourd’hui.« 

crocodile
Hanyusuchus sinensis et squelette de gavial en haut


Les chercheurs ont étudié des restes de crocodiliens conservés dans quatre musées de la province de Guangdong. Tous les ossements ont été trouvés sur un site de fouilles dans le sud-est de la Chine et étiquetés pendant des années comme des squelettes de crocodiles.

Toute espèce considérée comme un « chaînon manquant » est toujours une découverte importante, mais Hanyusuchus sinensis l’est aussi pour d’autres raisons : principalement, parce qu’elle semble avoir été poussée à l’extinction par l’homme. Les deux spécimens de gavials subfossiles présentent de nombreuses traces d’attaques vicieuses et même de décapitation. Les auteurs ont établi un lien entre les blessures fatales et les armes de l’époque en question.


Selon l’article publié dans Proceedings of the Royal Society B, les chercheurs ont découvert que Hanyusuchus sinensis partageait certaines caractéristiques importantes du crâne avec les gavials et possédait une structure vocale connue uniquement chez les gavials indiens mâles. La datation au carbone a montré que les os remontaient à quelque 3 000 ans, pendant l’âge du bronze en Chine.

Olécio partenaire de Wukali
crocodile
Scans 3D du squelette découvert par l’équipe avec comparaison pour échelle avec un humain de 1,80m
©2022 Iijima, Yoneda, Liu et al.


Des preuves génétiques ont montré que les alligators ont été les premiers à se séparer du crocodilien d’origine, suivis des gavials et, plus tard, des crocodiles. Bien que la chronologie puisse aller à l’encontre de l’intuition du fait que les crocodiles et les alligators se ressemblent plus que les gavials, les chercheurs ont déclaré que Hanyusuchus sinensis est intermédiaire dans la forme du corps entre les gavials et les deux autres, comblant ainsi le vide dans l’arbre de l’évolution.

Le professeur Yoneda de l’université de Tokyo 東大, s’intéresse à ces créatures car il étudie l’émergence de l’ancienne civilisation chinoise il y a environ 4 000 ans, et a rencontré des ossements de crocodiliens dans de nombreux sites archéologiques, dont certains pourraient avoir une importance culturelle. Ces ossements, trouvés sur des sites dans de nombreuses régions de Chine, étaient censés appartenir à l’alligator chinois (Alligator sinensis), qui ne vivait que dans la région du cours inférieur du fleuve Yangtze, dans le centre-est de la Chine. Cela pourrait être la preuve d’une influence culturelle du sud vers le nord de la Chine, mais la nouvelle découverte pourrait remettre en cause cette hypothèse.


Les chercheurs ont également trouvé des marques de hachage sur les crânes de l’Hanyusuchus sinensis, indiquant qu’il avait été tué ou même décapité par des armes lourdes en bronze. Les crocodiliens jouent un rôle clé dans le maintien des écosystèmes d’eau douce en tant que prédateurs supérieurs, ont déclaré les chercheurs, notant que les humains étaient responsables de l’extinction de Hanyusuchus sinensis il y a environ 300 ans.


Liu Jun, de l’université de technologie de Hefei 中國科學技術大學, en Chine, est l’auteur correspondant de la recherche. Il a déclaré que des os de crocodiliens avaient été trouvés dans de nombreux sites archéologiques en Chine. On pensait que ces os appartenaient à des alligators chinois, qui ne vivent aujourd’hui que dans la région du cours inférieur du fleuve Yangtze, dans l’est de la Chine. Leur découverte pourrait remettre en cause cette hypothèse.


Liu a déclaré qu’en tant que seul reptile à se régaler d’humains dans la Chine ancienne, Hanyusuchus sinensis pourrait avoir laissé des traces dans la civilisation chinoise ancienne, comme les légendes sur les dragons.


Dans des études à venir, les chercheurs espèrent extraire des échantillons d’ADN anciens des tissus mous préservés dans les os partiellement fossilisés, ce qui pourrait fournir une image plus précise de l’arbre d’évolution des crocodiliens.

Source: Masaya Iijima, Yu Qiao, Wenbin Lin, Youjie Peng, Minoru Yoneda and Jun Liu. An intermediate crocodylian linking two extant gharials from the Bronze Age of China and its human-induced extinction. Proceedings of the Royal Society B.
https://doi.org/10.1098/rspb.2022.0085 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus