Si les salles d’enchères apparaissent le plus souvent comme les antichambres des musées ou des écoles d’ histoire de l’art, ils n’en constituent pas moins des thermomètres de l’activité économique. Les grandes maisons d’enchères à New-York scintillent par de multiples feux et se font une guerre implacable . À peine une grande vente du soir terminée chez Sotheby’s où un tableau de Paul Cézanne, «Les pommes», a été vendu 41.6 millions $ ( voir notre article précédent), une autre vente, cette fois-ci chez Christie’s, l’autre rival et concurrent, vient à nouveau de propulser les prix vers des sommets. Sur 47 oeuvres soumises aux enchères, 44 ont été vendues atteignant un prix global de 158.505.000$

«Madame Matisse au Kimono», une huile sur toile d’André Derain peinte en 1905 n’a pas trouvé preneur ( estimée entre 15 et 20 millions $), tout comme du même peintre «Voiliers à Collioure»

«Le petit pâtissier» de Chaïm Soutine (1927) (Illustration de l’entête de l’article) a culminé à 18 millions de dollars( on vous fera grâce des chiffres après la virgule), son acquéreur est resté anonyme et l’enchère s’est faite au téléphone. Lors de sa dernière soumission aux enchères cette même oeuvre avait atteint en Octobre 1977 chez Sotheby’s à New-York le prix de 180.000 $

Une peinture d’Amadéo Modigliani, «La Juive» (1907-1908) et représentant très probablement Maud Abrantes, sa maîtresse, a été vendue 6millions 844.000 $. Son acheteur qui se fit remarquer pendant les enchères par l’usage incessant de son iPhone est français, il ne déclina pas son identité, il précisa cependant qu’il était installé en Suisse …

Une oeuvre du peintre Egon Schiele, «Selbstbildnis mit Mode»ll (Fragment) (1913), fut vendue 11 millions 323.750 $, (elle avait été estimée entre 6 et 9 millions $), tandis qu’un Marc ChagallLes Trios acrobates» culmina à plus de 13 millions $ ( estimée entre 6 et 9 millions $)

Comme toujours dans ce genre de vente, le déroulé des opérations d’enchères produisit tant chez les vendeurs que chez les acheteurs son lot d’émotion et des bouffées d’adrénaline ; cette fois ci après qu’un tableau de Claude Monet «Chemins» (1885), estimé entre 2 et 3 millions $, atteignît le prix de 5 millions 163.500 et fut acquis par Steven Platzman pour Addison Fine Arts, on entendit dans la salle des hurlements de joie, provenant d’une salle avoisinante où était regroupé un public qui suivait via des systèmes video la vente et qui d’évidence émanaient de l’entourage du vendeur. Cette même oeuvre avait été vendue en 1991 à New-York pour 770.000$.

Un autre tableau de Claude Monet, «Argenteuil, fin d’après-midi», atteignit 6 millions 59.750$, conformément à son estimation (entre 5 et 7 millions$).

Une huile sur toile de Miro , «Personnage obscur devant le soleil»
(130/ 96,5cm) estimée entre 2 et 3 millions $, fut adjugée 4,939,750 $, tandis qu’un intéressant Renoir, «Confidences» ne fit guère plus que son estimation 3. 595.750$ (est. 2.500.000 – $3,500.000)

et puis aussi des Camille Pissarro, Odilon Redon, Alfred Sisley, Pablo Picasso, Fernand Léger


Julius Kleiner à New-York pour Wukali et P-A L



ÉCOUTER VOIR


Christie’s modern art sale in New York par nocommenttv

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus