Soon in Paris at Sotheby’s, the sale of nearly 400 works by Dada and Surrealist icon Man Ray


La chronique de Pierre-Alain LÉVY.


Man Ray fut tout à la fois une des icônes de Montparnasse, un touche à tout génial, un photographe prolifique ami de tous ces artistes qui comme lui ont fait la réputation de Paris, et bien entendu un des piliers du mouvement Dada.

Le 15 novembre 2014, Sotheby’s mettra en vente à Paris près de 400 oeuvres de l’artiste provenant du Man Ray Trust aux États Unis. Un incroyable ensemble regroupant photographies, tableaux, dessins, bijoux et films. On n’avait pas connu pareille fête( Paris est une fête n’est-ce-pas!) depuis la fameuse vente de 1995 à Londres

Pour Andrew Strauss, Vice-président de Sotheby’s France: «C’est probablement la toute dernière succession d’un artiste Dada ou surréaliste à apparaitre en ventes publiques, près de 40 ans après la mort de l’artiste. L’extraordinaire diversité de cet ensemble illustre le talent de Man Ray et montre à quel point il a été un artiste pluridisciplinaire.»

200 lots incluant des photographies de tirage d’époque, des portraits, des photographies de mode, mais aussi des solarisations et des surimpressions, allant de la photographie surréaliste aux photographies iconiques de Man Ray Magnolia (1926), Starfish (1928), Terrain Vague (1929), Ostrich Egg (1944) et Mathematical Object (1934).

Rencontrer l’oeuvre foisonnante de Man Ray c’est se prendre d’amitié aussi pour Pablo Picasso, Georges Braque, Juan Gris, Jean Cocteau, Francis Picabia, André Derain, Alberto Giacometti, Joan Miró, Erik Satie, Paul Eluard, Henry Miller dont il fit «le portrait» c’est à dire les photographies

Penser Paris, penser Montparnasse c’est aussi penser l’amour, la beauté, les femmes et celles que connut Man Ray avaient pour nom Kiki de Montparnasse, Lee Miller , Juliet sa femme et toutes ces belles artistes, ces comédiennes comme Ava Garner, Paulette Goddard, Leslie Caron, Juliette Gréco, Catherine Deneuve.

Outre les photographies, on trouvera des peintures intéressantes tel un portrait de Juliet intitulé Purple Mask (1948) et Much Ado about Nothing (1949), issu de la série des «équations shakespeariennes » de l’artiste.

Dada, c’est aussi et nous le savons depuis Marcel Duchamp, un imaginaire formel, débridé et libre, la vente proposera plusieurs objets surréalistes dont la fameuse pipe en argile surmontée d’une bulle de verre et qui a pour nom :Ce que manque à nous tous

Voici un événement à venir, (une vente d’art est toujours un événement, et de cette qualité tout particulièrement) qui sans nul doute rassemblera l’alpha et l’oméga des collectionneurs, des institutions et des musées comme le Centre Pompidou qui ne manquera pas d’acquérir et d’enrichir ses collections dont le fonds Man Ray qui est conséquent, mais aussi des personnes privées qui chercheront à gagner une enchère pour posséder un peu de cette imaginaire que Man Ray a su si bien mettre en image.

Pierre-Alain Lévy


Illustration de l’entête: Photo 154. Man Ray, Oeuf d’autruche, 1944. Tirage argentique. Estimation 25.000 à 35.000€. Sotheby’s France/ ArtDigital Studio.


WUKALI 08/09/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus