Barbaric event in Paris. Islamists slaughtered 12 people


Qu’ajouter, attentat à Paris 12 morts, l’information a frappé de plein fouet la France toute entière, toute l’ équipe d’éditorialistes dessinateurs humoristiques du journal satirique Charlie-Hebdo, les plus connus de France, Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, un économiste Bernard Maris, ( il faut dire leurs noms, car dire leurs noms c’est les rattacher à la vie) d’autres membres de l’équipe ainsi que deux policiers, tous assassinés par des islamistes criant« Allah Akbar

Le choc, l’émotion et le dégoût!

Un journal condamné à mort, une fatwa et son exécution longuement préparée et mûrie parce que ce magazine satirique avait eu il y a plus d’un an la normale autorité, la liberté de brocarder l’image de Mahomet (Voltaire l’avait fait bien avant ) et de publier des couvertures amusantes du prophète.

Tués parce qu’ils avaient brocardé l’image de Mahomet…

A Paris oui, en France. La société française et l’esprit de la république visés au bout de la Kalachnikov, la liberté de l’artiste ainsi que la liberté d’expression et au coeur de celle-ci ci la laïcité mises en joue et fusillées. Ce mercredi 7 janvier 2015 la société française vient de basculer d’un cran, a franchi un clapet; hasard du calendrier, certainement pas, cet attentat est commis le jour de la sortie de «Soumission», le livre de Michel Houellebecq, il conviendrait d’y réfléchir. ( Nous publierons prochainement sur ce livre).

Je ne puis aussi m’empêcher de penser à la juste colère de la journaliste italienne Oriana Fallaci aujourd’hui disparue, qui dans la nuit de cendres du 11 septembre 2001 qui recouvrait New-York écrivait avec passion La rage et l’Orgueil et qu’un scandaleuse organisation soi-disante anti-raciste le MRAP voulait faire interdire de publication en France.

Voilà deux à trois ans, j’avais eu l’occasion de rencontrer un respectable dignitaire intellectuel et religieux musulman connu de la France entière et invité pour présenter une conférence sur l’Islam devant une assistance où les membres de la communauté juive étaient assez nombreux. Son discours était admirable, intelligent, documenté, cultivé, dénonçant au fil de l’Histoire les arriérations et barbaries commises au nom d’A…. Remettant les choses à leur juste place, notamment à partir des textes fondateurs, puis pour le fameux Siècle d’or espagnol, rappelant pour le vingtième siècle les collusions et les rencontres entre le grand Mufti de Jérusalem et Hitler, et bien entendu la montée actuelle de l’Islamisme avec le gouvernement iranien d’Ahmadinejad alors Premier ministre et les risques pour la paix du monde, jusqu’aux Frères Musulmans, pointant et pour cause de nombreux hadiths, bref j’en passe et des meilleurs comme l’on dit !

A l’issue de son intervention et prenant la parole je le remerciais très chaleureusement et bien sincèrement de ses justes mots. Nous parlions, juifs, chrétiens ou musulmans de foi ou laïques, croyants ou athées, dans cette enceinte le même langage et serais-je tenté d’ajouter de mêmes valeurs. J’ajoutais cependant qu’au delà de la salle où nous nous trouvions, dehors la tempête faisait rage ( ce qui était d’ailleurs le cas) et que dans l’ouma des quartiers ou des banlieues, son discours juste et humaniste était inaudible, n’avait aucun relai et que son combat était perdu, et surtout que son discours n’avait nul effet ni aucune prise sur cette jeunesse musulmane aculturée et séduite par l’endoctrinement de prétendus mollahs. Là était le drame, il en convainc aisément.

Mais le drame est encore plus profond et bien plus grave

Dans l’Islam et à la différence de l’Église catholique par exemple, il n ‘existe pas une autorité hiérarchique suprême, ce qui a pour conséquence fâcheuse de permettre l’émergence d’une multitude de mollahs auto-déclarés.

«Natura abhorret a vacuo» dit un adage latin, c’est à dire : La Nature a horreur du vide. Quand l’esprit de la liberté, du respect de l’autre, de la séparation du sacré du profane (ce qui au demeurant s’appelle la laïcité), quand l’esprit républicain cède au communautarisme, quand toutes ces valeurs de notre pacte social ne sont plus défendues ni représentés dans la société, quand le maquignonnage politique triomphe sur l’esprit de responsabilité, quand l’Histoire n’est plus enseignée mais truquée et que la vérité sinistre du vingtième siècle ( à savoir pour ce qui nous occupe le nazisme) est censurée dans les classes de certains collèges et lycées ou en université, alors oui hélas des forces souterraines sinistres et dangereuses prennent le pouvoir, c’est ce qui se passe pour l’islamisme ! Rappelons pour ceux qui l’ignoreraient que pour ces gens là qui prêchent le Djihhad, l’ennemi à détruire est le Croisé ( c’est à dire les Chrétiens), l’Américain et le Juif. Quiconque douterait de la justesse de mon propos serait alors bien inspiré de lire «Pourquoi je ne suis plus musulman» livre écrit par l’universitaire britannique IbnWarraq ( Paru aux éditions L’âge d’homme)

Les Intellectuels musulmans et républicains désertent le champ du combat dialectique

Voilà bien le plus grave des phénomènes. Savourant enfin les bienfaits d’une République qui a mis un certain temps à les reconnaître,( mais c’est tout aussi vrai pour d’autres pays) les intellectuels musulmans bien confortablement aujourd’hui installés dans la société française n’osent pas la prise de parole et s’exprimer pour défendre ouvertement les acquis de la république. D’autres encore manquent de courage pour pourfendre au sein de leur propre communauté les dérives vers lesquelles les Islamistes voudrait la faire tomber. Lors d’un débat sur BFMTV au soir de cet attentat, un représentant d’une association dite démocratique musulmane avait du mal à prendre position sur la liberté d’expression permettant de caricaturer le Prophète !

Il conviendrait tout autant de parler de la Taquia تقيّة ( en français le mensonge ou la dissimulation)

Des grandes religions monothéistes, l’Islam est de ce point de vue là et à la différence tant du judaïsme que du christianisme dans ses différences, totalitaire et ne permet pas la mise en doute du Coran celui ci comme chacun ne peut l’ignorer ayant été écrit par le Prophète ! Le débat n’ y est donc pas permis car il n ‘y’a pas de différence entre société civile et religion ! Ce débat là à savoir l’émancipation de la société civile de l’influence de l’Église, fut celui de l’Europe des Lumières (voire même avant sans remonter aux querelles gallicanes) jusque ( pour faire simple) la séparation des Églises et de l’état au début du vingtième siècle.

C’est ce combat que les musulmans de France attachés à la République et à ses valeurs de laïcité doivent tenir, ils ne sont pas seuls et nous sommes solidaires de leur combat, faute de quoi ils courent à leur propre fin et au malheur du pays dont ils se réclament. C’est d’ailleurs ce que fait l’ imam Hassen Chalghoumi à Drancy et qu’il convient de saluer.

Cela en rien n’exonère de leurs responsabilités (hors de la communauté musulmane) d’autres fractions de notre société bien pensante, parlant langue de bois ou bons sentiments et qui depuis des années font l’impasse sur ce qui se passe à quelques kilomètres d’où ils habitent et qu’ils feignent de ne point connaître, et jugeant et discourant par ailleurs de la politique étrangère comme un Iroquois devisant sur le sort des Ibos au Nigeria !….

Un dernier mot, si l’un d’entre vous qui nous lisez a des talents de caricaturiste, prenez-contact avec WUKALI, nous cherchons depuis longtemps un chroniqueur et puis comme les balais de MicKey dans ‘l’Apprenti sorcier, if faut aujourd’hui démultiplier Charlie Hebdo, « la liberté de la presse« , comme dirait un bien sympathique Canard, «ne sʼuse que si lʼon ne sʼen sert pas”.

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 08/01/2015


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus