An author with a style


Un nouvel recueil de nouvelles à paraître de [**Philippe Delerm*]. Ce n’est que le… un certain numéro et un numéro certain vu la quantité qui est déjà éditée.

Soyons un peu sérieux, il y a eu un véritable « choc » à la fin du millénaire précédent qu ‘en paru « La première gorgée de bière ». Vrai succès de librairie, l’auteur fut omniprésent dans tous les médias possibles et imaginables, la France découvrait et appréciait l’écriture minimaliste dont elle faisait de Philippe Delerm le pape. Depuis, l’écrivain continuait son travail dans cet univers : des textes plus ou moins longs, une écriture précise, très descriptive, une analyse méticuleuse des sentiments, des impressions, des univers où se déroulent des « non » actions, un univers que les naturalistes à la Goncourt, Halévy voire Zola ne renieraient pas. On aime ou on n’aime pas (à titre personnel, les romans naturalistes furent, depuis que je lis, un des meilleurs somnifères que je n’ai jamais pris…), mais ce qui est certain, c’est que Philippe Delerm a un style bien particulier, souvent imité mais jamais égalé. L’avantage des œuvres de Philippe Delerm c’est que l’on peut se consacrer aux plaisirs de la lecture même si on a que 10 minutes devant soi. L’inconvénient c’est que c’est assez lassant à la longue.

Mais j’ai écrit que la « France découvrait » découvrait Philippe Delerm avec « la première gorgée », car l’auteur avait déjà commis un certains nombre de textes mais qui passèrent alors inaperçus. Pourtant ils existent. Les éditions du Rocher viennent d’en publier trois. On y retrouve le Philippe Delerm que l’on attend. Son style, son écriture y sont, il faut savoir par les dates d’écriture et de publication que ces trois nouvelles ont été commises avant le recueil « fondateur ». Deux ont pour toile de fond le Tarn et Garonne de Montauban à Camparoles. Ceux qui connaissent le département numéroté 82 peuvent sans mal s’y retrouver tant les ambiances et les paysages sont recréés avec une précision très réalistes. Philippe Delerm connait son département et nous fait partager sans mal son amour pour lui.

La dernière nouvelle, « Panier de fruit » est quelque peu originale dans toute l’œuvre de l’auteur. On y trouve un Philippe Delerm parodique, plein d’humour, drôle même. Une veine qu’il a peu emprunté et c’est dommage, car il sait manier l’humour avec une très grande finesse et un brio certain.

Les amateurs de Philippe Delerm ne doivent pas, non, ont l’obligation de découvrir en quelque sorte les prémisses, les racines, du travail de cet auteur.

[** Émile Cougut*]


[**Entrées libres
Philippe Delerm*]
éditions du Rocher. 7€90

sortie en librairie le 4 avril


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 25/03/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus